Bernie Ecclestone avait fait une sortie très controversée en déclarant que les femmes n’étaient pas assez fortes physiquement pour piloter en Formule 1. Simona de Silvestro avance une toute autre explication. 

Avec Susie Wolff, Simona de Silvestro était la seule pilote a être proche d’un baquet de titulaire en F1.

Ce n’est pas l’aspect physique qui explique le peu de présence de femmes en F1. Selon Simona de Silvestro qui a piloté en IndyCar et actuellement engagée en Formule E chez Amlin-Andretti ; la raison est plutôt financière. « Si vous êtes en F1 où non ne dépend pas du sexe, c’est principalement une question financière« .

« En tant que femme, vous pouvez être tout a fait capable de piloter une voiture de Formule 1, mais pour être engagée en tant que titulaire, c’est beaucoup plus compliqué sans un apport financier important ou le soutien d’un sponsor« .

Simona de Silvestro a parcouru pas mal de tours au volant d’une Sauber en tant que réserviste. « J’étais toujours rapide, j’ai parcouru des distances de course et cela ne m’a pas posé de problèmes. Cela ne m’a jamais effrayé parce que j’ai piloté en IndyCar, une série qui est beaucoup plus ardue. Donc le physique n’entre pas en ligne de compte« .

Le principal problème réside donc dans la difficulté à réunir un budget.

« L’accès aux formules de promotion est le plus gros problème. Pour y accéder, il faut acheter sa chance et il m’a manqué des budgets pour entrer en Formule 1 parce que cela coûte excessivement cher. Cela représente des sommes considérables« .

« Permettre à un pilote de piloter en Formule 1 coûte approximativement entre 25 et 30 millions de livres pour une écurie. Elles doivent donc décider si cela en vaut la peine où alors s’il vaut mieux mettre quelqu’un d’autre. A l’heure actuelle, c’est un investissement encore un peu risqué« .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here