Depuis plusieurs années, la France cherche la digne successeur de ses anciennes gloires. Elle l’a sans doute enfin trouvée. 


La carrière de Kristina Mladenovic, native de Saint-Pol-sur-Mer, a connu des hauts et des bas. Souvent critiquée pour son manque de régularité, « Kiki » comme on l’a surnomme a peut être enfin eu le déclic attendu.

Un titre à Taipei l’a faisait connaître du grand public en 2012 avant de connaître une belle année 2015 et un quart de finale à l’US Open. Habituée du Top 50 mondial depuis quelques années, c’est bien une nouvelle joueuse qui apparaît à nos yeux cette année.

Leader de l’Equipe de France de Fed Cup en l’absence de sa copine Caroline Garcia, elle a portée à bout de bras les Bleues à Roanne contre l’Espagne, permettant à la France de rester dans l’élite mondial. Véritable meneuse de troupe, ce nouveau statut a eu le mérite de booster sa carrière en simple.

 

« Kiki »à Roanne lors de la Fed Cup (Photo : Parlons Sports)

Une Mladenovic plus agressive, plus efficace, plus complète… Tout lui réussi. Elle entame parfaitement l’année en remportant le WTA 500 de Saint Pertersburg (Russie) avant d’enchaîner sur une finale, perdue, à Acapulco. La demi-finale à Indian Wells a fait grandir la française qui est entrée dans une autre dimension.

Septième joueuse à la Race (classement sur l’année civile), 19ème mondiale, elle ambitionne de grandes choses pour le prochain Roland Garros. Il y a avant tout Stuttgart, où elle est en finale après avoir éliminé Angélique Kerber (n°2 mondiale), Suarez Navarro (22e) et l’ancienne numéro 1 mondiale Maria Sharapova. Elle est sur son petit nuage en 2017. Et l’on souhaite qu’elle y reste.

 

Crédit photo : Eurosport

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here