L’ascension fulgurante d’Adrien Moerman vient d’être récompensée par la signature dans un grand club européen : le FC Barcelone. L’officialisation de son transfert vient d’être faite il y a quelques heures devant la presse espagnole aux côtés de Kévin Séraphin.


LES RÉACTIONS

« C’est un honneur d’être au Barça. J’espère réussir à aider l’équipe du mieux que je peux afin d’obtenir un maximum de titres. Nous pouvons gagner l’Euroligue puisque nous avons une équipe très puissante cette saison »

Cliquez ici pour regarder la présentation vidéo des deux français !

Pour l’occasion, Parlons Sports vous propose de revenir sur sa carrière et notamment sur ses débuts à la Chorale de Roanne…

© Chorale Roanne Basket

Adrien Moerman fait ses armes du côté de Levallois et se fait très vite remarquer par son physique. 2003 : Alors âgé de 15 ans, le natif de Fontenay-aux-Roses pose ses valise dans la Loire et intègre le centre de formation de la Chorale. Le staff choralien repère rapidement le potentiel du gamin et ne tardent pas à lui faire goûter à la Pro A. Ainsi, ce jeune espoir de 17 ans fait sa première apparition à la Halle André-Vacheresse en 2005, lors de la réception de Rouen. Ce soir là, il inscrira ses tous premiers points en pro et connaîtra le goût de la victoire (succès 109 à 86). Il continuera alors son apprentissage aux côtés d’Ali Traoré ou encore du défunt capitaine Pape Badiane et glanera de nombreuses récompenses dans les catégories jeunes.

© Chorale Roanne Basket

En 2006, il signe son premier contrat professionnel avec la Chorale de Roanne et apparaît notamment dans le 5 majeur Espoirs Pro A, en compagnie notamment d’un certain Nicolas Batum. Il lui succédera deux ans plus tard au palmarès du Challenge de l’Avenir et commencera alors à briller en sélection avec la génération 88/89. Tout cela lui permet d’avoir la confiance du coach Jean-Denys Choulet et d’intégrer l’effectif 2006/2007. Acteur de la fabuleuse épopée qui mènera Roanne au doublé (Championnat de France / Semaine des As), Adrien parvient à se frayer un chemin dans l’ombre du trio Salyers, Spencer, Harper et cumule déjà des stats prometteuses (2.5 pts, 1 rebond en 8 minutes). Il est contraint de quitter le club en 2008 pour trouver du temps de jeu dans un club « moins ambitieux » que la Chorale qui joue l’Euroleague. Il est donc prêté en Pro B du côté de la JSF Nanterre. C’est alors là qu’il explose ! Il est désigné MVP français de la saison 2007/2008.

© OLB

A 20 ans, il rejoint ensuite Orléans avec qui il échouera en finale de la Semaine des As et des Playoffs lors de l’exercice 2008/2009. Il prolonge son contrat de deux saisons dans le Loiret et décrochera au passage une Coupe de France en 2010.

2011 : Nancy le recrute car les ambitions du club sont grandes. En effet, il disputera ses premiers matchs européens avec le SLUC mais ne gagnera que le trophée des Champions de pré-saison… Ce n’est que partie remise !

© SLUC NANCY

Il part ensuite à Bilbao en première division espagnole où il effectuera finalement une seule saison. Il connaît alors une période de doute avant de rebondir avec le CSP Limoges. Il sera de nouveau sacré champion de France Pro A en 2013/2014 avant d’échouer en finale l’année d’après. Il décrochera cependant le titre de MVP 2014/2015.

© LNB

En 2015, Adrien Moerman change d’air et s’envole direction la Turquie où il jouera tout d’abord au Bandirma Banvit et obtiendra la distinction de meilleur rebondeur du championnat et grimpera sur la troisième marche du podium des scoreurs.

© BANVIT

Il filera ensuite direction un autre club turc : le Darüşşafaka Doğuş. Il conservera sera élu pour la deuxième fois consécutive meilleur rebondeur et soignera une nouvelle fois sa feuille de stats.

© Darüşşafaka Doğuş

C’est alors qu’il se lance un nouveau défi : faire le chantier dans la raquette blaugrana. Nous lui souhaitons de continuer de telles performances afin d’espérer jouer un rôle majeur avec la Team France Basket d’ici 2019.

© FC BARCELONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here