Moins écrasant cette année, Chris Froome a pourtant encore allongé son palmarès. Déjà triple vainqueur du Tour, il a ajouté un quatrième succès cette année. Mais c’est en Espagne qu’il a écrit une nouvelle page de l’histoire, en s’adjugeant sa première Vuelta. Retour sur son année 2017.

Chris Froome a de nouveau écœuré le peloton en 2017. Pourtant, rien ne laissait présager un tel constat. Certainement pas son début de saison. Tout commence en Australie. Pas franchement à son avantage, il concentre sa préparation pour la Grande Boucle sur trois courses : le Tour de Catalogne, le Tour de Romandie et le Critérium du Dauphiné. La même que d’habitude. Depuis 2014, Froome participe à ces trois courses en préparation au Tour. Mais pour la première fois depuis cette date, il n’a glané aucune victoire sur l’ensemble de ces trois épreuves. Pire encore, « Le Kényan blanc » montre des signes alarmants. Pas dans le rythme, il inquiète. Le Dauphiné le rassure légèrement avec une quatrième place à l’arrivée. Mais le Tour se profile. On se dit alors que le Britannique est prenable.

Battable, mais pas battu

Les premiers jours rassurent ses fans. Froome est parfaitement dans le coup. Sans écraser la concurrence. Toujours placé. Ses efforts paient au soir de la 5eme étape, en haut de la Planche des Belles Filles. Le voilà maillot jaune sur les épaules. Mais les choses se compliquent sur la 12eme étape. Alors que la Sky contrôle, comme à son habitude, la dernière montée vers Peyragudes secoue le groupe des favoris. Romain Bardet lève les bras. 22 secondes derrière, Froome passe la ligne en grande souffrance. Il perd le maillot jaune. Pour deux jours seulement, profitant d’une cassure à Rodez. Le leader de la Sky sait se faufiler dans tous les bons coups. Puis les jours se suivent et se ressemblent. Au Puy, à Serre-Chevalier, en haut de l’Izoard… Sky gère sa course. Sans chercher à écraser le Tour, comme le Britannique l’avait fait les années précédentes. Et le voilà en jaune à Paris. Une victoire loin d’être impressionnante, mais maîtrisée de A à Z.

Comme Hinault et Anquetil

Après un quatrième Tour au palmarès, Chris Froome annonce sa participation à la Vuelta. Après avoir échoué trois fois à la deuxième place (2011, 2014, 2016), l’objectif est clair. Rejoindre le cercle très fermé des coureurs qui ont réalisé le doublé Tour/Vuelta. Ils sont deux : Jacques Anquetil en 1963 et Bernard Hinault en 1978. Des époques lointaines, où le cyclisme n’était pas le même qu’aujourd’hui. Mais le Britannique a de la ressource. Il ne lui faut que trois étapes pour revêtir le maillot rouge de leader. Une tunique qu’il n’abandonnera pas, jusqu’à Madrid. Mais contrairement à la Grande Boucle où il est resté muet, Froome lève les bras à deux reprises. Une victoire nettement plus tranchante que sur le Tour. Mais la manière relève de l’anecdote. Les livres d’histoire retiendront que le protégé de Dave Brailsford a réalisé une année record, alors que sa domination semble décroitre avec les années.

Et maintenant ?

Chris Froome rêve toujours en grand. Le Tour et la Vuelta en 2017… autant dire que le Britannique a déjà annoncé qu’il prendrait le départ du Giro en 2018, pour tenter le triplé sur deux ans. Une performance que personne n’a réalisée depuis Bernard Hinault, en 1982-83. Mais plus encore, il rejoindra les six coureurs qui ont remporté les trois Grands Tours dans leur carrière : Anquetil, Gimondi, Merckx, Hinault, Contador et Nibali. Avant d’enchainer sur le Tour de France, pour une cinquième couronne. Bref, une année 2018 qui pourrait faire rentrer Froome encore un peu plus dans l’histoire.

Crédit photos : Bicycling, Daily Express, Eurosport

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here