Felipe Massa a annoncé hier via les réseaux sociaux qu’il mettrait un terme définitif à sa carrière en Formule 1 au terme du Grand Prix d’Abou Dhabi le 26 novembre prochain. 


Felipe Massa avait déjà fait des adieux émouvants à la F1 la saison dernière après un abandon lors du Grand Prix du Brésil. Ce qui aurait pu être un événement peu glorieux a changé de nature quand le natif de Sao Paulo, emplacement du circuit a reçu une ovation des mécaniciens des écuries Mercedes et Ferrari en passant devant leurs stands. Toute la tribune en face s’était levée. Mais cette retraite n’a duré qu’un temps puisque Rosberg prenait sa retraite de chez Mercedes et Bottas, alors pilote Williams a été appelé et le Brésilien devait reprendre du service pour une année pour épauler Lance Stroll, le jeune Canadien de 18 ans.

Felipe Massa c’est un talent certain, mais beaucoup de coups du sort en sa défaveur. Retour sur les temps forts.

Felipe Massa débute sa carrière en 2002 chez Sauber. Sa carrière décolle lorsqu’il est recruté par Ferrari en 2006. Il fait équipe avec le redoutable Michael Schumacher et remplace un autre Brésilien, Rubens Barrichello qui était un fidèle N°2. Il signe ses deux premières victoire et trois pôles positions. En 2007, c’est Kimi Raikkonen qui arrive tout droit de chez McLaren ou il s’était battu pour le titre en 2005. Le Finlandais est très vite le plus rapide et c’est lui qui a les faveurs de l’écurie pour lutter face à Alonso et Hamilton pour le titre. Les pilotes McLaren se neutralisent et Raikkonen est titré pour un point. Massa remporte trois novelles courses.

2008 est le premier tournant malheureux pour Massa. Meilleur et plus rapide que Raikkonen, Felipe Massa est clairement le prétendant pour le championnat. Il est leader toute la saison. Cependant, le scénario du Grand Prix de Singapour vire au tragique pour lui. Alonso sur la Renault ravitaille. Massa est leader mais Flavio Briatore, directeur d’écurie veut voir Alonso gagner et l’accident de Nelson Piquet survient. La safety-car est déployée et Massa se précipite au stand. La confusion règne chez Ferrari. Massa repart en arrachant le tuyau de carburant. Alonso s’empare de la tête de la course. Massa perd de nombreux points au classement. Il ne fait aucun doute que l’accident de Piquet était volontaire. La stratégie qui vaudra l’exclusion de Flavio Briatore du monde de la Formule 1. C’est beaucoup trop pour Massa qui était contraint à l’abandon en Hongrie sur casse moteur alors qu’il menait la course. Lewis Hamilton n’était jamais loin et a réussi a rester au contact de Massa au classement. Le dénouement survient au Brésil. Massa remporte le Grand Prix et devient champion du monde. Cette joie ne sera que de courte durée parce que dans le dernier tour de course, Hamilton prend la 5ème place à Timo Glock sur la Toyota et marque les points suffisants pour ravir le titre à Massa pour un seul petit point. Hamilton est donc champion avec 98 points devant Massa et ses 97 points. Massa était incontestablement le meilleur sur toute la saison 2008.

2009 est une saison catastrophique en comparaison. Massa termine à la 11ème place avec 22 points. La raison est cependant très simple. Sa saison s’arrête en Hongrie ou il est victime d’un accident invraisemblable. Il est percuté lors des qualifications par un débris de suspension de la Brawn GP de Barrichello. Le sort s’acharne puisqu’il a succédé à Barrichello chez Ferrari et Ross Brawn était le directeur technique de la Scuderia Ferrari au temps de Jean Todt et Michael Schumacher.

La carrière de Felipe Massa, c’est surtout la collaboration avec les meilleurs pilotes de leur époque. Massa a ainsi connu chez Ferrari, Michael Schumacher, sept fois champion du monde, Kimi Raikkonen, qui a remporté le titre avec Ferrari en 2007, lors de leur première année de collaboration. Mais Massa, chez Ferrari, c’est surtout l’arrivée en 2010 d’un autre coéquipier de prestige, Fernando Alonso, double champion du monde et accessoirement grand vainqueur contre son gré du « Crashgate » de Singapour en 2008, là ou Felipe Massa a perdu de trop précieux points pour la lutte pour le championnat du monde face à Lewis Hamilton.

Alonso remporte d’entrée le premier Grand Prix de la saison à Bahrein et son premier Grand Prix avec Ferrari. Alonso est recruté dans la perspective de voir Ferrari enfin renouer avec les titres pilote et constructeur du championnat du monde. En 2010, la compétition fait rage. McLaren avec Hamilton et redoutable, mais aussi, la menace Red Bull et Sebastian Vettel et devenue concrète. La Ferrari est rapide mais elle pêche face à la vitesse du moteur Mercedes de la McLaren et l’aérodynamique combinée à la vitesse du moteur Renault. Tout est mis en place pour favoriser un pilote et un seul, pas Felipe Massa qui doit s’effacer. Si Ferrari a beaucoup eu recours aux consignes d’équipe pour avantager Schumacher au détriment de Barrichello, cette méthode est impopulaire et injuste. Massa était très rapide à Hockenheim. Massa s’élance de la troisième place sur la grille, mais c’est lui qui hérite des commandes au départ. L’enjeu de la lutte pour le titre est plus forte que le seule victoire en Allemagne. Fernando Alonso est 5ème derrière Hamilton, Button, Webber et Vettel, soit, les deux McLaren et les deux Red Bull. Massa est seulement huitième au classement, ses chances de titres sont nulles et Alonso est le seul espoir. Dans ce contexte, pour préserver ses chances, Alonso doit remporter ce Grand Prix. C’est alors que retentit le célèbre « Felipe, Fernando is faster than you! » Fernando est plus rapide que toi, le message explicite qui intime l’ordre a Massa de s’effacer encore une fois. 

Cet ordre est un coup de couteau pour le Brésilien et ses fans qui comprennent que Felipe est et restera un numéro 2. Derrière Schumacher, derrière Raikkonen et maintenant, derrière Alonso. Face à ces nom prestigieux, Massa, malgré son talent, sa vitesse ne peut pas rivaliser, du moins, il est empêché de rivaliser pour ne pas gêner. Cette année-là, Alonso a perdu le titre pour quatre points face à Vettel.

2011, 2012 et 2013 seront trois années de calvaire. Les monoplaces rouges ne sont pas compétitive. Malgré tout, Alonso, avec son talent et son abnégation remporte une course en 2011, se bat toute le saison 2012 pour le titre encore une fois face à Vettel. Il connaîtra ses deus seuls abandons dans des accidents causés par les pilotes Lotus, Romain Grosjean en Belgique et Raikkonen au Japon. Malgré une voiture peu compétitive, Alonso échoue à décrocher le titre pour trois points contre Vettel. Alonso a inscrit 278 points alors que Felipe Massa a terminé en 7ème position avec seulement 122 points au compteur. 

En 2013, Alonso remporte deux courses, en Chine et en Espagne et monte sur neuf podiums et inscrit 242 points quand Massa termine 8ème à 112 points avec un unique podium en Espagne. Les chiffres sont éloquent en défaveur de Massa.

En 2014, il a trouvé un nouveau souffle chez Williams. Il a signé une 16ème pole position au Grand Prix d’Autriche. Son passage chez Williams a été marqué par cinq podium. Il a aidé l’écurie a terminer 3ème du classement constructeur en 2014 et 2015.

Si Massa n’aura pas connu tous les succès auxquels il aurait pu légitimement prétendre en piste, sa personnalité, sa bonne humeur et la présence de sa famille qui était toujours présente à ses côtés sur les Grand Prix auront contribué à faire de lui un pilote hors du commun. Il manquera sans doute dans le paddock.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here