A quelques heures du derby entre St Etienne et Lyon, l’ancien arbitre Philippe Malige donne son point de vue et son expérience à propos de ce rendez-vous tant attendu.


Parlons Sports : Tout d’abord, avez-vous déjà arbitré des derby ?

Philippe Malige : « Non jamais en tant qu’arbitre central mais après j’ai déjà vécu des derby en tant que 4e arbitre. »

PS : Est-ce que ce derby est vraiment différent des autres matchs ?

PM : « Ce match est bien sûr différent car les joueurs n’ont pas la même attitude alors il faut être plus vigilant en raison du battage médiatique et de l’environnement. »

PS : Est-ce que le corps arbitral a plus de pression lors de ce genre de match ?

PM : « Oui mais c’est de la pression positive, ça nous motive encore plus. Par exemple, Clément Turpin a arbitré la Ligue des Champions ou des Classico donc il a l’habitude de gérer ce genre de rencontre et tout ce qui va avec. »

PS : Ce sera d’ailleurs le 5e derby dirigé par Clément Turpin. Pensez-vous que c’est une assurance de le placer aux commandes de ce match ?

PM : « Oui complètement. Il y a 2 ou 3 arbitres en France qui sont vraiment aptes techniquement à arbitrer un derby par exemple. Encore une fois, par rapport à tout ce qu’il y a autour, la pression, le public, je pense que des arbitres comme Clément Turpin, Benoît Bastien, Ruddy Buquet ou Anthony Gauthier sont capables de gérer tout cela. »

PS : Comment pouvez-vous nous décrire cette atmosphère de derby à Geoffroy-Guichard ?

PM : « Objectivement, le public stéphanois est certainement le meilleur de France. J’ai eu l’occasion de voir des matchs de Ligue Europa ces dernières saisons et c’est fabuleux. Ils sont encore plus transcendés quand il y a cette notion de derby derrière. Mais attention le public lyonnais est très bon également, il n’y a pas à discuter là dessus. Ce dimanche à St Etienne on peut s’attendre à avoir une superbe ambiance ! En tout cas il ne faut pas que tout cela dégénère pour qu’on puisse avoir un beau spectacle. »

PS : Est-ce que pour vous les décisions arbitrales dans des moments chauds comme le 114e derby la saison passée à Geoffroy Guichard sont importantes ?

PM : « Bien sûr que c’est primordial mais je ne me souviens pas qu’il y ait eu de polémique sur le dernier derby en tout cas. L’arbitre avait fait ce qu’il avait à faire. C’est justement à ces moments précis qu’il faut avoir l’attitude pour gérer ces mouvements d’humeur et à prendre la décision forte qui s’impose. »

PS : Est-ce que ce type de réaction de la part des joueurs est réellement prévisible ?

PM : « C’est compliqué de juger cela et puis honnêtement le tacle de Corentin Tolisso l’an dernier n’étais pas prémédité mais ressemblait plutôt à un geste de frustration et d’énervement sur le moment. Mais la gestion d’un match de haut niveau ce n’est pas uniquement de siffler des fautes, c’est aussi de la gestion humaine et je pense que depuis 2 ou 3 jours, Clément Turpin doit se préparer mentalement et doit étudier le jeu des deux équipes pour se préparer à toutes les situations. »

PS : Comment se prépare un arbitre pour une telle rencontre ?

PM : « Depuis quelques années, les arbitres disposent de bases informatiques qui leur permettent d’étudier le jeu, les joueurs des équipes qu’ils vont arbitrer. Tous les arbitres professionnels sont réunis régulièrement et travaillent là dessus. »

PS : Est-ce que le bashing sur les réseaux sociaux par rapport au fameux « Penalty pour Lyon » et autres sortes de simulations quelquefois peut avoir un impact sur l’arbitre ?

PM : « Inconsciemment, je ne peux pas vous dire non mais après quand un arbitre étudie un match il se doit d’oublier en quelque sorte ce qui s’est passé pour ne pas cataloguer un joueur. C’est aussi important qu’une quelconque équipe qui va étudier le jeu de son adversaire. C’est vraiment des situations compliquées car l’arbitre aura peut-être raison 99 fois sur un joueur qui se laisse tomber par exemple et la 100e il aura tort… »

PS : Avez-vous des fois des regrets en tant qu’arbitre par rapport à une décision lors d’un match antérieur ?

PM : « De tout façon des regrets on en a quand on se rend compte qu’on a fait une erreur car sur le moment on prend la décision qui nous paraît la plus juste. Dans ces moments-là, on a l’impression d’avoir failli à sa mission. »

PS : Êtes-vous favorable à l’usage de la vidéo ?

PM : « J’ai toujours été favorable à tout ce qui pouvait aider les arbitres dans leur prise de décision parce que dans un match, il y a tellement de facteurs qui peuvent intervenir et gêner l’arbitre au moment de siffler que l’outil technologique peut nous venir en aide. Après on ne peut pas utiliser la vidéo à tout bout de champ, il y a un protocole qui réglemente son utilisation parce que sinon le risque c’est de hacher le jeu si la consultation dure trop longtemps. »

PS : Quel regard portez-vous sur le football en Ligue 1 ?

PM : « Je n’arbitre plus depuis 5 ans mais jusqu’à l’année dernière j’étais observateur en première division et je fais partie de ceux qui ont arrêté à l’intersaison car apparemment on a plus trop besoin de nous et de nos avis pour prendre des décisions dans un bureau. Du coup, aujourd’hui je reste un observateur attentif du football français et un fidèle supporter des arbitres. »

PS : Quelles sont vos attentes du point de vue arbitral pour ce St Etienne/Lyon ?

PM : « Déjà pour qu’il y ai bon arbitre, il faut que les joueurs jouent le jeu alors j’espère que ces derniers vont jouer avec beaucoup d’engagement mais toujours en respectant les limites réglementaires afin qu’il n’y ai pas de risque que le résultat soit entaché d’une erreur qui crée une polémique autour de l’arbitrage. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here