On prend les mêmes et on recommence ! C’est à peu près ce qui peut qualifier l’effectif Groupama-FDJ pour 2018. L’équipe de Marc Madiot n’a pas effectué de changements de fond à l’occasion du mercato. Cette année, elle jouera ses cartes sur le Tour. Présentation.

Un mercato plutôt calme

L’équipe a quelque peu dégraissé son effectif. Avec huit départs et quatre arrivées, l’effectif compte 26 coureurs pour 2018. Du côté des départs, l’équipe Vital Concept, nouvelle arrivante, sous la houlette de Jérome Pineau, a largement fait ses courses chez FDJ. Pas moins de cinq départs vers la formation Continentale. A savoir : Arnaud Courteille, Marc Fournier, Johan Le Bon, Lorrenzo Manzin et Kévin Reza. A la tête de trois succès en 2017, Johan Le Bon n’apportera donc pas ses capacités de rouleur à ses leaders pour la saison à venir. Odd Christian Eiking, Jérémy Maison et Cédric Pineau mettent eux aussi un terme à leur collaboration avec Marc Madiot. Du côté des arrivées, bien qu’elles soient peu nombreuses, l’équipe au Trèfle est allée chercher des noms intéressants. Notamment du côté de Sunweb. D’abord avec Georg Preidler, à l’aise lorsque la route s’élève. Celui-ci pourra épauler Thibaut Pinot. Quant à Ramon Sinkeldman, il devrait être précieux pour emmener les sprints d’Arnaud Démare. L’arrivée de Benjamin Thomas, homme fort de la piste (double champion du monde en 2017) est un gros coup. D’autant que sa transition sur route avec l’équipe de l’Armée de Terre a été plus que fructueuse, avec deux victoires au compteur. Antoine Duchesne complète la liste des arrivées. La principale arrivée restera finalement celle du sponsor Groupama, dont les effets devraient se faire ressentir pour 2019.

Pinot et Démare, duo de leaders

Thibaut Pinot avait des objectifs sur le Giro en 2017. Quatrième à Milan et vainqueur d’étape, le Français a (presque) réussi son pari. On l’attendait sur le podium, mais il s’est montré particulièrement à l’aise malgré tout. L’enchainement avec le Tour s’est moins bien passé. Côté Arnaud Démare, dix victoires sur l’année. Mais surtout, un succès de prestige sur le Tour de France, à Vittel. Son objectif est honoré. On ne change donc pas des leaders qui gagnent pour la saison qui arrive. Oui mais voilà, problème pour 2018. Les deux ont coché le Tour de France dans leur calendrier. Un problème qui n’en est pas vraiment un. Mais Marc Madiot devra scinder sa starlist en deux, pour accompagner ses leaders. A voir si cette contrainte handicapera l’un des deux, voire les deux. Surtout que les équipes n’auront le droit qu’à huit coureurs en 2018. Thibaut Pinot a annoncé vouloir disputer la Vuelta en plus de la Grande Boucle. Enchainer les deux courses pourrait compromettre son état de forme en vue des Mondiaux à Innsbruck. Pour Arnaud Démare, le sprinteur rêve de jaune après avoir goûté au vert. Mais peut-être pourra-t-on le voir briller sur les pavés cette saison, après avoir déjà remporté un Monument : Milan – San Remo 2016.

David Gaudu, la pépite à suivre

Voilà un jeune homme dont le grand public entendra forcément parler un jour ou l’autre. A seulement 21 ans, David Gaudu impressionne. Chez les jeunes déjà, il avait réalisé d’excellentes performances. Son principal fait d’armes : le Tour de l’Avenir 2016. Cette course, surnommée « le Tour de France des moins de 23 ans » réunie les pépites du globe le temps d’une semaine. Elle a révélé, entre autres, Nairo Quintana, Warren Barguil ou Esteban Chaves. Cette année-là, c’est David Gaudu qui l’a remportée. Et sa transition dans la cour des grands, en 2017, est on ne peut plus réussie. Notamment au moment de la Flèche Wallonne. Le jeune Français ne fait preuve d’aucun complexe au milieu des habitués des courses d’un jour. Il s’empare de la neuvième place et pointe déjà le bout de son nez. Ses progrès se confirment sur le Tour de l’Ain, avec sa première victoire professionnelle. Il accompagne cette performance d’une deuxième place au général, derrière son leader Thibaut Pinot. Autant dire que nous ne sommes pas au bout de nos surprises avec David Gaudu. Pour 2018, il faudra aussi surveiller Sébastien Reichenbach et Rudy Molard, éléments importants pour accompagner Thibaut Pinot. Ou encore le duo italien Jacopo Guarnieri/Davide Cimolai, rampes de lancement d’Arnaud Démare.

En 2018, l’équipe FDJ deviendra Groupama-FDJ. Un changement de nom, mais pas vraiment d’effectif. Peu de renouveau, mais pas de raison de changer une équipe qui gagne. Le chamboulement devrait arriver pour 2019. En attendant, cap sur le Tour !

Crédit photo : L’Express

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here