L’ASVEL a obtenu une précieuse victoire sur le parquet du Ratiophram Ulm ce soir (84-93) au cours de la 7ème journée d’Eurocoupe. Avec une insolente réussite à 3 pts (plus de 59% !), la « Green Team » a fait la différence notamment en 4ème quart-temps. Les Villeurbannais prennent une option intéressante pour la qualification (2èmes de leur groupe avec 4 victoires et 3 défaites).

On le savait, les matchs contre le Ratiopharm Ulm prennent souvent des allures de show offensif. Il faut dire qu’avec 90 points encaissés en moyenne avant ce match, la formation allemande avait quelques soucis à se faire dans ce domaine. Le match aller avait viré à la démonstration pour des Villeurbannais qui avaient sorti le rouleau compresseur au cours de cette 2ème journée (une victoire 108-77).

Mais le contexte était quelque peu différent ce soir. L’ASVEL se déplaçait cette fois à la Ratiopharm Arena. Un contexte de crise pointait le bout de son nez avec une série de 8 défaites toutes compétitions confondues à l’extérieur pour l’équipe de Tony Parker. Pas de quoi être tétanisés pour autant, même si le début de cette rencontre a vu les deux équipes perdre un grand nombre de ballons (surtout l’ASVEL avec 7 au total rien que sur le premier acte).

A.J Slaughter montrait toutefois que sa blessure au poignet gauche n’était qu’un mauvais souvenir. L’arrière américain dévoilait toute son adresse avec deux shoots à longue distance et 8 points au compteur sur le premier quart-temps. L’ancien joueur de Strasbourg gratifiait même Justin Harper d’une passe décisive pour lui permettre de marquer un panier au buzzer (10′ : 17-21).

Durant le 2ème quart-temps, les deux équipes ne se quittaient toujours pas. John Roberson inscrivait 9 points dans ce seul passage, dont un 3/3 à longue distance. Mais en face, la star du Ratiopharm Ryan Thompson se chargeait de mettre un panier à la limite de la ligne à 3 points afin de ramener au buzzer son équipe à seulement deux longueurs de retard (20′ : 41-43).

John Roberson « on fire »

Ce même Ryan Thompson continuait ensuite sur sa lancée en signant un festival avec 10 points sur le seul 3ème quart temps à 4/4. L’ailier américain terminera la rencontre avec 27 d’évaluation : 22 points, 7 passes et 3 rebonds. Les Allemands revenaient dans la course, mais les Villeurbannais restaient au contact, toujours grâce à Roberson qui continuait son numéro de pistolero avec trois paniers de sniper (30 d’évaluation au total : 25 points à 8/10 à longue distance). Mais le meneur n’était pas seul à exceller dans ce domaine. A.J. Slaughter continuait à arroser avec succès et inscrivait un shoot hors de tout sens commun en déséquilibre (29’38 : 63-64). Mais malheureusement dans la foulée, Toure Murry répliquait au buzzer avec un panier à 3 points dans le corner pour redonner l’avantage à son équipe (30′ : 66-63).

La fin de ce match restait crispante et tendue. Elle ne se libéra que dans les trois dernières minutes. Amine Noua, assez discret dans cette rencontre, sortait de sa boite et plantait lui aussi quelques paniers à longue distance (2/3 dans cet exercice : 8 points au total). Roberson et Slaughter finissaient le travail et le jeune intérieur français se permettait même le crime de lèse-majesté : un contre sur la star locale Ryan Thompson à 20 secondes de la fin pour sceller définitivement le sort de cette rencontre.

Au final l’ASVEL s’impose sur le score de 84-94. L’équipe rhodanienne brise la mauvaise spirale à l’extérieur et engrange un succès qui va faire beaucoup de bien pour la confiance. Elle remonte en deuxième place de son groupe D (4 victoires et 3 défaites), à égalité de bilan avec Gran Canaria, le Tofas Bursa et le Zenith Saint-Petersbourg.

La première étape du « road trip » des Villeurbannais s’est parfaitement déroulée. Mais, il reste deux marches à bien négocier pour confirmer ce regain d’énergie à l’extérieur : Gravelines-Dunkerque le vendredi 8 décembre et le Zenith Saint-Petersbourg le mardi 12 décembre. Les rendez-vous sont d’ors et déjà pris.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here