Veille de l’arrivée, c’était la dernière étape en ligne, et aussi la dernière occasion pour les sprinteurs de briller. Après une très grosse chute qui a éliminé Gaviria dans les derniers kilomètres, Marcel Kittel a tiré les marrons du feu en s’imposant pour la deuxième fois sur ce Tirreno.

Marcel Kittel peut savourer sa deuxième victoire sur Tirreno. Crédit : Twitter officiel de la course @TirrenAdriatico.

Début d’étape légèrement accidenté, mais qui n’a aucune conséquence sur la suite de la course. L’échappée du jour est composée de quatre éléments. On retrouve Marcus Burghardt (Bora Hansgrohe), Artem Nych (Gazprom), Krists Neilands (Israel) et Jacopo Mosca (Wilier Triestina). On comprend, encore une fois, qu’ils n’auront pas leur mot à dire aujourd’hui, en toute logique. L’écart ne décolle pas vraiment.

A 68 kilomètres, c’est un choix étonnant que fait Marcus Burghardt. Voyant peut-être son entreprise vaine, l’Allemand décide de continuer l’aventure en solitaire. Il se sépare de ses trois compagnons d’échappée, qui n’arriveront jamais à retrouver sa roue, avant d’être repris par le peloton. Le coureur de Bora mène donc un bras de fer, seul contre le peloton. Mais, sans surprise, à 19km de l’arrivée, c’en est terminé de son petit numéro. Les équipes de sprinteurs peuvent préparer sereinement l’emballage final.

Jusqu’à 8km de l’arrivée en tout cas. Fernando Gaviria (Quick Step), l’un des favoris du jour, accroche la roue de son poisson pilote, Maximiliano Richeze. Le Colombien chute, et emmène avec lui une partie du peloton, dont Romain Bardet (AG2R La Mondiale), qui part au sol lui aussi. Mais show must go on. Peter Sagan (BORA Hansgrohe), ralenti par la chute, réalise un numéro fantastique pour réintégrer le peloton et se replacer aux avant-postes. Au sprint final, le Slovaque est un peu juste et s’incline derrière Marcel Kittel (Katusha), qui lui n’a pas fait d’efforts superflus. Richeze complète le podium.

Top 10 de l’étape :

Au classement général, pas de changement dans les 10. Michal Kwiatkowski (Sky) a toujours le maillot bleu sur les épaules, 3 secondes devant Damiano Caruso (BMC) et 23 secondes devant Mikel Landa (Movistar). On attend les écarts officiels concernant Romain Bardet, qui lui, a perdu du temps.

Le général :

Le final en vidéo :

Demain, c’est le final de Tirreno – Adriatico. On connaitra le vainqueur, et pour le moment, c’est relativement indécis. Contre-la-montre plat à San Benedetto, long de seulement 10km. La victoire finale devrait donc se jouer à deux, sauf retournement de situation. Kwiatkowski et Caruso ne sont séparés que de 3 secondes, et possèdent tous les deux des aptitudes à l’effort solitaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here