Match particulier pour les deux hommes présents en conférence de presse aujourd’hui. Jean-Louis Gasset et Rémy Cabella sont tous les deux liés par de belles aventures vécus au sein du Montpellier Hérault Sport Club. Une rencontre qui s’annonce forte en émotion mais où ils savent que la priorité reste les 3 points.


Rémy Cabella : « Revenir à Montpellier va être un moment spécial. Pour moi, ce sera un peu particulier. Le résultat sera aussi important pour nous en vue de la fin de saison. Je ferai tout pour gagner cette rencontre, même si elle sera un peu différente des autres. On s’aperçoit qu’on se rapproche de la 5e place. Ce n’était pas le cas il y a quelques mois. En gagnant vendredi, on ferait une belle opération. Le déclic ? A Nice où, malgré la défaite, le groupe a pris forme. Le MHSC a une défense très efficace. Ils ont peut-être un peu de mal en ce moment. A nous d’en profiter. Comme dit le coach, un match se gagne parfois à 14. Pour faire une belle saison, il faut des remplaçants qui font de belles entrées. Contre l’ESTAC, Robert Beric nous a fait gagner en sortant du banc. Je suis venu à Saint-Etienne pour jouer quelque chose en fin de saison. A un moment, cet objectif semblait compliqué. Aujourd’hui, j’en suis proche. Ces derniers mois ont été une superbe aventure humaine et sportive.« 

Jean-Louis Gasset : « C’est un match très particulier. Le centre d’entraînement du Montpellier HSC porte le nom de mon père. A l’arrivée au stade, je ne verrai pas Louis Nicollin. Ce sera un peu bizarre. Le contexte sera émouvant mais on est compétiteur. La Mosson est un stade difficile pour les adversaires. Les gros de Ligue 1 n’y ont pas gagné. Ce sera compliqué mais on va essayer. Il va y avoir de l’impact, le MHSC va tenter de mettre du rythme car ils jouent un concurrent direct et qu’ils sont obligés de gagner. Je pense qu’ils vont jouer avec de l’envie, du cœur. On va jouer pour gagner. Avec un point, on n’avance pas. Contre eux, il ne faut pas se faire prendre en contre. Il faut jouer intelligemment. On a une équipe joueuse, parfois un peu folle, et je ne veux surtout pas la brider. La deuxième mi-temps face à l’ESTAC est une sorte de référence. On a un effectif où chacun amène son pourcentage à la réussite globale et on le fait tourner. On ne condamne personne après un match.« 


Suivez l’actualité de l’AS Saint-Étienne en rejoignant le groupe « UNIS-VERTS » sur Facebook.


 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here