L’exercice 2017-2018 n’aura offert aucun trophée pour l’ASVEL. Éliminée sans discussion possible par de valeureux Manceaux, l’équipe rhodanienne a été totalement dépassée dans l’intensité sur cette série et incapable de trouver son rythme de croisière tout au long de la saison. Le constat est froid et implacable.

Infinity Nine Media / Alexia Leduc et asvelbasket.com

Win or go home. Le message était clair et net. Le Mans et l’ASVEL s’affrontaient dans la soirée à Antarès pour déterminer le prochain adversaire de Strasbourg en demi-finales des playoffs de Jeep Elite, après deux rencontres remportées à l’extérieur (victoire de l’ASVEL au Mans lors du match 1 et défaite à l’Astroballe lors du match 2).

Après avoir laissé la parole à la défense lors de la première mi-temps, le MSB s’est détaché lors du 3ème quart-temps, en comptant sur un excellent Antoine Eito (auteur de 7 points sur cette période, 14 au total). L’ASVEL a totalement lâché prise en encaissant 26 points sur ces 10 minutes de jeu. Les Rhodaniens étaient pourtant au contact à la pause, dans un match qui était jusque là resté sur des bases très défensives (20′ : 32-31).

Avec une adresse globale équivalente, la différence s’est creusée avec les rebonds offensifs. Le MSB en a ramassé deux fois plus que l’ASVEL durant toute la partie (13 contre 6).

Lors du dernier acte, la Green Team tentait de revenir sous l’impulsion de DeMarcus Nelson (19 d’évaluation : 13 points, 5 rebonds et 3 passes). Les hommes de T.J. Parker enchainaient ainsi une série de 0-7, avant un tir extérieur de Justin Cobbs (20 d’évaluation : 19 points à 10/10 aux lancers-francs, 4 passes et 3 rebonds) qui soufflait sur la faible flamme verte.

Mais cette dernière restait tant bien que mal allumée. L’ASVEL continuait à mettre la pression et provoquait une faute antisportive du même Cobbs, pour deux lancers-francs réussis par John Roberson (37′ : 71-64). Mais les visiteurs ne profitaient pas de la possession acquise et offraient même deux nouveaux lancers-francs à une équipe du Mans qui pouvait conserver son avantage…

Le MSB maitrisait parfaitement la fin de rencontre et l’ASVEL allait boire le calice jusqu’à la lie avec un alley-oop monumental de D.J. Stephens pour conclure ce match 3. Le MSB s’impose sur le score de 79-68 et ira défier la SIG de Vincent Collet en demi-finale.

« On a manqué de régularité et de constance tout au long de la saison, a réagi Charles Kahudi au micro de SFR Sport. C’est une saison très frustrante. » L’ASVEL va devoir oublier cet exercice décevant, eu égard au budget consenti, et se poser les bonnes questions sur l’intersaison pour revenir plus fort. Si le club veut passer un cap et devenir un candidat crédible à l’Euroleague, la réflexion passera forcément par une remise en question nette et globale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here