Après 12 journées d’un championnat complètement fou, on commence doucement à y voir un peu – un peu seulement – plus clair. Au programme de ce week-end : un derby de Rome sans supporter, un ado de 16 ans qui tient la baraque milanaise et une Vieille Dame qui re-pointe petit à petit le bout de son nez. Tout ça et bien plus encore, c’est dans le résumé de cette 12 ème journée de Serie A.

Dzeko

Ce qu’il faut retenir :

Après un départ canon qui avait vu l’Inter truster le fauteuil de leader après 5 journées et autant de victoire, la bande à Roberto Mancini avait ensuite connu un gros coup de mou avec 1 défaite et 3 matchs nuls consécutifs. Mais depuis, les Nerazurri ont repris leur marche en avant puisqu’ils sont sortis vainqueur de leur 3 dernières rencontre sur le même score de … 1-0. Le genre de victoire qui ne plaira pas aux puristes mais qui fait le bonheur de l’Inter et de ses tifosi. Pas étonnant quand on sait que les plus belles années de l’Inter l’ont été avec, à leur tête, des entraineurs comme Helenio Herrera et José Mourinho.

En tout cas, l’Inter est première du championnat. Mais une équipe à la philosophie de jeu aux antipodes de la formation bleue et noire ne la lâche pas. Il s’agit de la Fiorentina, qui s’est brillament imposée sur la pelouse de la Sampdoria. Une victoire qui leur permet de se faire une place au côté de l’Inter, sur la plus haute marche du classement.

A un petit point derrière ce duo, on retrouve la Roma de Rudi Garcia qui a parfaitement su gérer le Derby face à son ennemi laziale. Une victoire tranquille, 2 à 0 grâce à des réalisations de Dzeko (sur penalty) et Gervinho au terme d’un joli raide solitaire. Mais au-delà de la victoire, c’est surtout la triste, ou plutôt l’absence, d’ambiance qu’on retiendra de ce match. Les tifosi ayant décidé de faire grève et de ne pas se rendre au stade pour protester contre le mur de plexiglass qui a été installé pour séparer la Curva Sud du reste du stade. Un espèce d’enclot sur mesure, donc. Résultat : un stade au trois-quart vide qui sonnait bien creux malgré la victoire romaine et la deuxième place assurée. Pour la Lazio, cette défaite fait mal et révèle encore un peu plus l’incapacité de cette équipe à se sublimer lors des grands rendez-vous.

Le Napoli a quant à lui géré sa rencontre face à l’Udinese. Au San Paolo, les napolitains ont dominé les débats et se sont imposés sur la plus petite des marges grâce à une nouvelle réalisation d’Higuain, qui rejoint ainsi Eder en tête du classement des buteurs, avec 9 buts.

En marge du peloton de tête, on retrouve les deux équipes à la traîne en ce début de saison et qui tentent tant bien que mal de revenir dans la course. Le Milan peut ainsi grandement remercier son jeune gardien de 16 ans, Gianluigi Donnarumma qui a multiplié les parades décisives et ainsi pu préserver le score de 0-0. Un point de pris donc, face à une accrocheuse équipe de l’Atalanta qui peut presque nourrir des regrets quant à la physionomie du match et toutes ces occasions ratées. La Juve, elle, est parvenue à renverser la tendance à Empoli. Mené 1 à 0, les Bianconeri ont su inverser la tendance et se sont finalement imposés 3 à 1 grâce notamment à un but de Patrice Evra. Mais malgré cette victoire, la Juve reste à 9 points des deux co-leader et à 2 points du Milan.

 

Le joueur du week-end :

Dannarmma

Gianluigi Donnarumma. Vous avez surement dû entendre parler de ce joueur pour sa précocité à avoir évoluer dans le monde du football. En effet, Donnarumma n’est encore qu’un adolescent puisqu’il est âgé de seulement 16 ans. Mais si l’on parle beaucoup de ce (très) jeune joueur justement pour son âge, il serait déormais temps de s’attarder sur ses performances sur le gazon. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il fait plus qu’assurer ! Déjà devenu le plus jeune gardien à ne pas encaisser de but dans un match, celui qui porte le prénom de son illustre prédécessuer – inutile de le préciser – à récidiver ce week-end en réalisant un nouveau clean sheet. Pire, il s’est même mué en sauveur de la maison Rossonera en réalisant une multitude de parades décisives, jusqu’à en dégouter les attaquants de l’Atalanta. Milan peut déjà remercier son jeune dernier rempart pour ce point glané ce week-end. Toujours blessé, Diego Lopez va avoir du mal à retrouver une place de titulaire à son retour de blessure…

 

Les chiffres :

mathematiques1

0 _ Comme le nombre de buts encaissés par le Napoli lors de ses quatre dernières rencontres de championnat. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le défenseur central français, Kalidou Koulibaly, n’y est pas étranger.

2 _ Comme le nombre de victoires pour Bologna depuis que Dellio Rossi a plié bagage laissant place au bien connu Roberto Donadoni. C’est ce qu’on appelle raviver la flamme.

34 _ C’est le nombre de kilomètres qui séparent Sassuolo de Carpi. La dernière fois que ce Derby avait eu lieu, c’était il y’a 15 ans, en Serie C (quatrième division italienne).

 

Tops & Flops :

pouce_vert

_ Geoffrey Kondogbia. Auteur de son premier but de la saison face au Torino, le français commence à prendre ses marques dans l’équipe de Mancini, lui qui avait du faire face à des premiers mois compliqués.

_ Sassuolo. Voilà une équipe qu’on n’attendait pas si haut. 5ème au classement à 5 points de la première place, l’équipe d’Eusebio Di Francesco est la bonne surprise de ce début de saison. C’est ce qui s’appel jouer les troubles fêtes.

_ Rudi Garcia. L’entraîneur romain n’a toujours pas connu la défaite dans un Derby face à la Lazio en championnat. De quoi se faire fortement apprécier du côté des tifosi Giallorossi.

 

pouce_rouge_ l’Hellas Vérone. Toujours pas la moindre victoire pour la bande à Lucas Toni, toujours blessé. Ce week-end, l’Hellas s’est de nouveau incliné sur ses terres face à un concurrent direct pour le maintien : Bologna. Une défaite 2 à 0 dont l’actuel coach, Andrea Mandorlini, pourrait faire les frais.

_ La Lazio. Avec cette défaite dans le Derby de Rome, la Lazio a signé sa troisième défaite consécutive en Serie A. Il est tend de réagir pour Pioli qui pourrait être amené à faire ses valises en cas de nouvelle défaite.

_ L’Udinese. Au-delà de la triste 17ème place qu’occupe les coéquipers de l’immortel Di Natale, c’est surtout l’attitude de l’équipe qui fait peine à voir. Habitué à jouer les troubles-fêtes au début de la décennie, cette équipe semble être en constante régression depuis maintenant 2 ans et on voit mal comment les choses pourraient s’arranger.

La prochaine journée :

Une échapée à 4 commence à se dessiner en haut de tableau, avec en embuscade la surprenante équipe de Sassuolo. Encore derrière on retrouve le Milan puis la Juve, décrochés, mais pas vaincus, qui s’affronteront au Juventus Stadium le Samedi 21 Novembre.  Les deux co-leader, la Fiorentina et l’Inter, recevront respectivement Empoli et Frosinone. La Roma et le Napoli se déplaceront eux sur les pelouse de Bologna et de l’Hellas. Enfin, la surprenante équipe de Sassuolo tentera de poursuivre sur sa lancée du côté de Gênes où ils y affronteront le Genoa de Serge Gakpé.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here