Il y’a 67 ans jour pour jour, le 4 mai 1949, l’Italie du football a connu l’un de ses plus grands drames. Après avoir disputé un match amical à Lisbonne, les joueurs et le staff du Torino -alors meilleure équipe de la Botte-  montent à bord d’un avion duquel ils ne sortiront jamais vivant… Retour sur cette terrible tragédie dite de Superga.

Il-Grande-TORINO
Le Grande Torino

Après la Seconde Guerre Mondiale, le football reprend peu à peu ses droits, comme c’est le cas en Italie. A l’époque, l’équipe qui domine outrageusement le football italien c’est l’Associazione Calcio Torino. Ils vont d’ailleurs remporter 4 fois de suite le championnat entre 1946 et 1949. L’équipe emmenée par le milieu de terrain Valentino Mazzola va alors connaître la tragédie la plus terrible du football italien. Le 4 mai 1949, après avoir disputée un match amical à Lisbonne face au Benfica, l’équipe du Torino mais aussi les membres du staff et quelques journalistes monte à bord de leur avion censé les ramener à Turin.

Mais les conditions de vols sont alors très compliquées : les conditions météorologiques sont dangereuses ce qui oblige le pilote à voler à basse altitude. Le pilote pense alors voler à 2000 mètres d’altitude alors qu’en réalité il se situe seulement à 600 mètres du sol, la faute à la défaillance de l’altimètre de l’avion.  C’est peu après 17h00 que l’appareil, qui vole alors beaucoup trop bas, percute les remparts de la basilique de Superga, monument d’une altitude de 670 mètres qui domine la plaine du Pô à quelques kilomètres de Turin. Cela suffit à l’avion pour s’écraser sur la colline de Superga. Toutes les personnes à bord de l’appareil sont mortes. Sauro Tomà fut le seul joueur de l’effectif professionnel à n’avoir pas fait le déplacement à cause d’une blessure.

Drame de Superga
Les débris de l’avion après le crash.

Cet accident fut un drame pour tout le pays, d’autant plus que l’équipe nationale d’Italie était alors majoritairement composée de joueurs du Grande Torino. C’est d’ailleurs Vittorio Pozzo, ex-sélectionneur de la Squadra Azzura, qui a eu le devoir d’identifier le corps des joueurs. Par solidarité, les autres clubs du Calcio décident de disputer les dernières journées de championnat en alignant leurs jeunes joueurs afin d’évoluer dans les mêmes conditions que l’équipe piémontaise démunie. Cette élan de solidarité permet au Torino de garder sa première place au classement et d’être sacré champion pour la 4ème fois consécutive. Un mouvement populaire s’empare de la ville, près d’un million de personnes rendent ainsi hommage aux victimes lors du convoi funéraire. Franco Ossola, fils de l’un des joueurs décédé dans cet accident, déclara quelques années plus tard : « Le Torino représentait le sport de toute l’Italie. C’était le symbole d’une Italie qui sortait meurtrie par la guerre ».

C’est sur cet accident que la période du Grande Torino se termina. Depuis, jamais le Torino n’a su véritablement retrouver les hauteurs du championnat d’Italie et du attendre 1975 pour être à nouveau sacré champion d’Italie. Ce crash fut également l’une des causes essentielle du passage à vide que connu le Calcio jusqu’aux années 60 puisqu’il a détruit la plus grande équipe italienne de football de l’époque. Ce sont au total 31 personnes qui ont perdu la vie dans ce terrible crash. Parmi eux, des joueurs donc, mais aussi des employés du club, des membres de l’équipage et quelques journalistes.

Per Sempre Grande Torino !

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here