Nous l’apprenions il y a peu, la Russie va pouvoir disputer les JO de Rio en 2016. Entre déception et dégoût, les mots nous manquent.

Rappelons les faits, lors de la demi-finale du TQO de Berlin face à l’Allemagne, le sélectionneur russe fait entrer un de ses joueurs qui disons le n’a pas beaucoup joué lors de ce TQO; il s’agit d’Alexander Markine. Époustouflant, le joueur est sur tous les ballons, il paraît même surhumain comme lors de la finale face à la France. Plus tard nous apprendrons que le joueur a été contrôlé positif au meldonium, substance interdite depuis janvier 2016. Le joueur ainsi que son équipe auraient pu y perdre gros.

  • Quelles sanctions ?

 

Aucune pénalité, ni pour Alexander Markine ni même pour la Russie. En effet, selon une source proche de l’équipe russe, la Russie disputera bien les JO de Rio cet été, et il paraîtrait même que Alexander Markine serait sur la liste de l’équipe, de quoi en agacer plus d’un. C’est dans ces circonstances que l’on peut se demander comment la FIVB n’a pas mis de pénalité au joueur alors que le dopage est contraire à l’esprit du volley-ball et plus généralement du sport.

antonin rouzier

  • La Russie trop puissante pour que la FIVB s’y oppose?

 

En effet là, toute est la question. La Russie grande puissance du volley mondiale est-elle trop puissante pour obtenir des pénalités de la part de la FIVB. L’argent est-il plus important que l’esprit sportif pour les dirigeants ?  En effet, on se souvient que lors de la Ligue Mondiale 2015, historique pour notre #TeamYavbou, l’équipe russe avait terminée dernière de son groupe ce qui signifie que l’équipe aurait du être rétrogradée en deuxième division de la compétition. Mais coup de théâtre, la FIVB a dévoilé il y a quelques temps la nouvelle formule de la Ligue Mondiale 2016 et comme par hasard ? La Russie est repêchée en première division et ne sera donc pas rétrogradée en deuxième division. Mais à quoi joue la FIVB? La Russie a-t-elle trop de puissance dans cette institution internationale?  Tout doit être encore une question d’argent, la Russie puissante et omniprésente au sein de la FIVB a du une nouvelle fois faire pression sur les dirigeants afin de ne pas voir son équipe rétrogradée en deuxième division. L’image du sport est donc ternie par l’argent, par ce qui paraît être désormais plus important que l’esprit sportif, la compétition et la passion du sport.

  • Toutes les équipes ne sont pas logées à la même enseigne

 

Déception, dégoût? Les mots nous manquent. Une injustice? Certainement, mais la Russie n’aura pas une bonne image lors de ces JO et la Russie ne donne pas une bonne image de son équipe puisque très souvent aidée par la FIVB, la Russie paraît donc comme une nation intouchable, ce qui a été visible lors de la nouvelle formule de la Ligue Mondiale 2016 et avec l’histoire du dopage. Les autres nations n’ont elles aucun poids face à la Russie qui est ultra-dominante? Honteux c’est le mot, puisque le sport doit être quelque chose d’équitable, où toutes les équipes sont soumises aux même règles. Imaginons une seule seconde que la France ou autres nations du volley-ball soit à la place de la Russie, tout ne se serait pas passer de la même façon et les sanctions seraient tombées.


Pour suivre l’actu du volley français, rendez vous ici -> 100% volley-ball français


 

3 Commentaires

  1. J’ai cru comprendre que les doses de produit illicite détectées dans le prélèvement de Alexander Markine étaient très inférieures à la limite sanctionnables :
    « En effet, le joueur avait 300 nanogrammes de meldonium dans son corps lorsqu’il a été contrôlé le 4 janvier, et la quantité maximale de meldonium est de 1 microgramme. » (extrait de l’article http://www.parlonssports.fr/volley-la-russie-ira-au-jo-de-rio/) pourquoi omettre ce petit détail ??

    • Nous n’oublions pas ce détail, loin de là! Cependant l’article parle certes du dopage mais aussi de tous les autres problèmes que la Russie du volley-ball arrive à résoudre avec sa puissance et son argent. Mais je suis d’accord avec vous que la dose limite n’est pas atteinte pour le joueur mais des interrogations se posent malgré tout…

  2. Ce n est pas le 1 er athlète russe à prendre ce médicament, peu importe la quantité, une pathologie entraîne une médication, si ces produits sont utilisés pour améliorer les performances, c est du dopage, arrêtons de vivre dans le monde des bisounours, il y a suspicion et la dessus, il n y a rien à remettre en cause, tapez meldonium sur le net et vous verrez que ce n est pas une coïncidence, ce joueur n est pas propre et ces traces en sont la preuve

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here