Ce matin un jury de Warrington a conclu 27 ans après que la police ainsi que les infrastructures du stade étaient la cause de ce drame et non un accident. Cette décision engendrera aucune procédure particulière ni aucune sanction, condamnation pour l’instant.

 

C’est au cours de la demi-finale de la Coupe d’Angleterre entre Liverpool et Nottingham Forest que le drame a eu lieu un 15 avril 1989. C’est dans le stade de Hillsbourough à Sheffield qu’un mouvement impressionnant de la foule ai entraîné la mort de 96 personnes, compressés aux abords du terrain. Pour rappel à cette époque il n’y avait pas de rangée avec des places assises.

 

 

Pour le jury l’incident n’étaient pas accidentels et c’est la police qui porte une responsabilité dans cette affaire. Ils estiment qu’il y a eu des manquements dans l’organisation de la sécurité de tous autour du match et en précisant la mauvaise décision prise, celles de l’ouverture des portes du stade qui avait entraîné les bousculades. La police n’est pas la seul responsable puisque le stade a lui aussi été cité sur le faite qu’il ait été certifié conforme.

Le commissaire de la police de South Yorkshire, David Crompton, a reconnu la responsabilité des services de police : «Je veux présenter des excuses sans réserve aux familles et à tous ceux affectés. Le 15 avril 1989, la police de South Yorkshire a échoué de manière catastrophique à assurer le maintien de l’ordre de la demi-finale de la Coupe d’Angleterre. C’était et c’est toujours le plus grand désastre de l’histoire du sport britannique.»


27 ans de procès qui a eu son lot de rebondissements comme en 2012 avec cette décision établissant la catastrophe comme accidentelle. Une décision très vite rejetée après la campagne menée par des familles des victimes réclamant une nouvelle enquête.

En 2014, le jury a entendu plus de 800 témoins pendant deux ans lors des audiences de Warrington.


Cette procédure ne peut déboucher sur aucune sanction ni condamnation. Mais elle peut permettre l’ouverture d’une autre procédure pénale et d’un procès, sur la base des manquements et des dysfonctionnements que les jurés ont constaté.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here