Bernie Ecclestone n’est jamais à court d’un bon mot pour créer la controverse. Sa dernière sortie vise le vieux continent. 

25 Grand Prix par an, c’est un idéal, mais réduire le nombre de courses est aussi une option dès 2017. Dans ce cas, les premiers sacrifiés pourraient être des circuits en Europe. Ainsi, en plus des circuits en difficultés financières, un à deux Grand Prix pourraient sauter.

« Absolument! C’est tout à fait ce qu’il va se passer. Un à deux pays vont être exclus définitivement. Je ne peux pas vous dire lesquels, mais désormais, les nouveaux circuits seront basés un peu partout sur la planète« .

La France a déjà disparu et l’Allemagne et l’Italie sont en danger. Bernie Ecclestone poursuit son raisonnement :

« La F1 n’est pas exclusivement un championnat Européen. C’est un championnat mondial« .

Toutefois, les circuits mondiaux ne sont pas non plus protégés. De nombreux pays comme l’Inde, la Corée du Sud ou la Turquie ont organisé un Grand Prix pendant quelques années mais ont disparu depuis.

Bernie Ecclestone n’a ainsi qu’un seul conseil pour les pays qui veulent s’assurer leur présence au calendrier de la F1 : « Payer! ». « C’est de leur responsabilité de vendre tout les billets, remplir les tribunes » et de fait, assurer la rentabilité de ces événements que certains disent non rentables.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here