Le ePrix de Paris est prévu pour demain. Hier, nous vous parlions de l’importance de cette date pour DS Virgin Racing. Bien entendu, si une écurie doit briller demain, c’est e.Dams Renault. L’écurie co-proporiété d’Alain Prost joue le titre, et une victoire à domicile serait un regain de confiance pour les dernières courses de la saison. 

Depuis quelques semaines, l’écurie française fait face à la concurrence féroce de Audi Abt. Si elle est toujours devant au classement constructeur (pour six points), la tête du classement pilote lui a échappé il y a trois semaines à Long Beach. Luca Di Grassi s’y était imposé tout comme à Mexico avant d’être finalement destitué.

Alain Prost est conscient des enjeux, tant sportifs que commerciaux. Renault mise beaucoup sur l’électrique. Elle est la première en France a développer des véhicules 100% électriques comme Zoe ou Tweezy. L’avenir de la mobilité passera par des technologies alternatives, qu’elles soient hybrides, électrique ou même à l’hydrogène.

Alain Prost discute des détails de la course

Ces courses de Formule E ne sont pas anodines. Elles se placent réellement comme laboratoire de recherche sur l’autonomie des batteries, la durée de recharge. De plus, c’est un domaine ultra concurrentiel ou BMW et Audi et même DS comptent bien prendre leurs parts. Remporter un nouveau championnat, des courses, notamment à Paris, ou ses clients ne manqueront pas de se déplacer sera un message fort. Cela ferait de Renault, une firme en pointe sur la maîtrise, la recherche et le développement de ces technologies.

Cette course a Paris doit permettre de reprendre le leadership et effacer les déceptions du passé : « Nous sommes une structure française et nous représentons Renault. Il y a donc des attentes ». Il n’est pas toujours facile de gérer la pression et les attentes. Il faut les canaliser en pression positive pour pouvoir donner le meilleur. Nous sommes conscients que la concurrence se rapproche et nous devons alors bien faire les choses, même si cela n’a honnêtement pas été le cas à Long Beach. »

Pour atteindre cet objectif, l’écurie peut s’appuyer sur Sébastien Buemi. Le pilote suisse est le deuxième au championnat du monde. Les dernières courses n’ont pas été simples pour lui. Bloqué derrière Jérôme d’Ambrosio à Mexico, il est entré en contact avec Robin Frijns à Long Beach. Pour se préparer au mieux, il a choisi de faire table rase de ces dernières courses. « Après Long Beach, mon plan était de tout débrancher pour repartir de zéro. J’ai fait des erreurs et j’ai perdu la tête du championnat. Il ne fait aucun doute que je souhaite reprendre les rênes tout en aidant Renault e.dams à accentuer son avance au classement général ». 

« Ce sera incroyable de courir à Paris. Il y aura de la pression. C’est notre manche à domicile et nous avons hâte d’y être et d’en profiter avec les fans. Ce sera la course la plus importante de notre saison ».

Le tracé est exigeant, il est plus bosselé que d’habitude. Le tarmac n’est pas parfait et le nouveau qui a été posé devant les Invalides, place Vauban n’offrira que peu d’adhérence. La concentration devra être maximale pour ne pas commettre d’erreurs. 

Les enjeux conjugués à la ferveur populaire et la qualité du bitume devrait garantir une course animée que Renault ne voudra pas rater.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here