Aujourd’hui a eu lieu la première journée de travail en vue du Grand Prix d’Espagne. Retour sur l’essentiel de l’action en piste. 

Sergio Marchionne l’a dit, dimanche sera une journée très importante pour Ferrari sinon… L’ultimatum est posé, la pression sur la tête des pilotes et de Maurizio Arrivabene est a son maximum. La victoire est la seule issue désormais pour Ferrari qui court après son premier bon week-end. Les choses ont bien commencé ce matin. Sebastian Vettel a pris le meilleur de la première séance avec un temps en 1:23:951. Il a dominé son équipier avec 1/10ème d’avance. La première Mercedes, celle de Rosberg n’est arrivée qu’une demi seconde plus loin.

Mais Ferrari était la seule a chausser des pneus tendres neufs ce matin, tous les autres participants sont restés sur des médiums. Au jeu des même gommes, l’après-midi, Mercedes a repris son bien. Rosberg a signé le temps le plus rapide en 1:23:922. L’écart de 0.2s avec les Ferrari et toujours là. C’est Kimi Raikkonen qui se classe second avec un temps en 1:24:176. Ce n’est pas énorme mais ça donne un aperçu de la hiérarchie. Les derniers dixièmes sont les plus difficiles à chercher.

Hamilton se cherche toujours en début de saison. Il n’a pas trouvé l’ouverture sur Rosberg. On a pu le voir commettre quelques erreurs. L’équilibre n’est pas encore là. Dans la deuxième séance, il accuse +0.7s sur son coéquipier.

Mais l’attraction de ce début de week-end, c’est l’arrivée de Max Verstappen en tant que pilote Red Bull qui a suscité l’intérêt dans le paddock. Hier, Alonso et Hamilton ont ironisé sur la situation avec brio en conférence de presse. Ils ont joué sur l’interchangeabilité des pilotes Red Bull. Comme Kvyat et Verstappen sont tous les deux très jeune, il n’est pas évident de remarquer le changement si on ne suit pas la situation de près. De plus, les couleurs des deux écuries sont similaires.

Sur la piste toutefois, le jeune néerlandais n’a pas été ridicule. Il a terminé la deuxième séance d’essais à moins de deux dixièmes de secondes de Ricciardo, son nouvel équipier. Il a bouclé son meilleur tour en 1:25:375 alors que Ricciardo a tourné en 1:25:194 en P6.

Si le mot « galère » devait être incarné, ce serait par Renault. La journée a été très compliqué pour le losange. Ce matin, Esteban Ocon a pris le volant de la RS16 de Jolyon Palmer mais n’a pu réaliser que 6 tours. Après une crevaison lente, un problème de turbo est venu mettre un terme au roulage du jeune français. L’après-midi, une nouvelle crevaison  a perturbé le programme de Renault. C’était toujours sur la voiture de Jolyon Palmer. Sa voiture a été bloqué un petit moment au garage.
Heureusement pour Renault, Kevin Magnussen a pu tourner 40 fois sur le circuit. Mais le rythme n’est pas à la hauteur encore. Il s’est classé 14ème à plus de 2 secondes de Rosberg.

A signaler tout de même, les Manor ont devancé les Sauber? Un petit exploit pour deux voitures encore en manque de performance.

Le classement de la séance 2

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here