L’écurie américaine Haas vient de connaître sa première journée d’essais officielle en Formule 1 dans le cadre du Grand Prix d’Australie à Melbourne. Après un premier jour contrarié, par la météo et techniquement, il est intéressant de voir comment le propriétaire de l’écurie a vécu cette première expérience. Il a fait partie du panel de patrons d’écuries conviés à répondre aux journaliste dans une conférence de presse officielle de la FIA. Réactions. 

« Cette première journée m’a rendu nerveux. L’une des premières choses dont ils faut se rappeler c’est que nous sommes tout nouveaux dans cette discipline. Apprendre a travailler tous ensembles, a préparer et exploiter les voitures, utiliser les données de télémétrie pour la toute première fois a été la première chose indispensable a effectuer. Ce fut une bonne expérience d’apprentissage de façon générale. 

Ce que nous avons a faire est d’apprendre comment la Formule 1 fonctionne réellement. On peut voir des courses toute sa vie durant, mais ce n’est jamais que quand nous sommes ici en tant que participants que nous comprenons comment les choses fonctionnent en vrai. J’ai beaucoup de respect pour toutes les équipes qui sont présentes ici, pour le niveau de compétences techniques qu’il faut posséder pour pouvoir être en mesure de courir sur ces courses. Je suis émerveillé par tout ce que je vois ici, c’est un challenge et j’espère que nous saurons nous amuser nous aussi« .

Gene Haas a été interrogé sur ses ambitions pour l’écurie, mais il ne veut pas tirer de plans sur la comète.

« Vous devez savoir (les médias) que notre engagement s’inscrit dans la durée. J’ai le sentiment que si nous sur-anticipons nos capacités et nos objectifs, nous allons très vite nous retrouver submergés. Nous devons rester humbles. Je pense que les quelques une ou deux premières années qui vont venir, nous serons justes en mesure de venir sur les courses, être raisonnablement compétitifs et essayer de ne pas commettre trop d’erreurs, ce qui serait déjà une immense réussite pour nous. Je sais que nos pilotes espèrent que nous puissions être en mesure de marquer des points. Ce serait le mieux que nous puissions faire pour le moment avant de grandir et viser de plus grands objectifs« .

Malgré le partenariat et le soutien de la Scuderia Ferrari, l’écurie devra se forger sa propre expérience uniquement pas elle même. Elle ne devrait pas connaitre de grosses catastrophes comme Renault en 2014 ou Honda l’année dernière mais la gestion sous pression, en qualifications et en courses sera une étape fondamentale auquel Ferrari ne peut rien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here