Quelle finale ! La Nouvelle-Zélande est entrée dans l’histoire en devenant la première nation à conserver son titre, en dominant à Twickenham l’Australie (34-17). Même bousculés à l’heure de jeu, les All Blacks ont su accélérer  en fin de partie pour faire la différence. Sans aucun doute Richie McCaw et ses coéquipiers sont au-dessus de la planète rugby.

Pour un grand match de rugby, il faut deux belles équipes. Les All Blacks ont su être grandioses. Mais que dire de l’Australie ? Menée de 18 points dès le retour des vestiaires après l’essai de Nonu. On pensait la finale pliée. C’était sans connaître son orgueil et la performance majuscule de sa 3e ligne Hooper-Pocock-Fardy dans le jeu au sol. Avec le carton jaune de Ben Smith , les Australiens ont mis de la folie pour relancer le match.

Pocock (53e) et Kuridrani (64e) réduisaient l’écart à quatre petits points (21-17). L’air devenait irrespirable et Twickenham prenait feu. Tous les joueurs évoluaient un cran au-dessus. Bref, une finale d’anthologie.  Et ce fut le moment que choisit Dan Carter pour resplendir un peu plus.

Le meilleur buteur de l’histoire claquait un drop  improbable qet enfonçait la tête des Wallabies sous l’eau avec une pénalité à 50 mètres des perches . L’essai de Barrett en contre scellait cette rencontre d’une rare intensité. Les Néo-Zélandais ont su réaliser l’impensable : être sacrés champions du monde deux fois de suite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here