Hier soir, les Anglais sont venus l’emporter au Stade de France face aux Bleus lors de la dernière journée (21-31). Les hommes d’Eddie Jones réalisent ainsi le Grand Chelem, ayant remporté leurs 5 rencontres. Le XV de la Rose a passé trois essais au cours de la soirée grâce à Care, Cole et Watson.

Source : AFP
Source : AFP

13 ans que l’Angleterre attendait un Grand Chelem. Depuis 2003 et la bande de Jonny Wilkinson. Une éternité pour le XV de la Rose. Le Tournoi 2016, il était déjà en poche après la défaite du XV de France en Ecosse le week-end dernier. Mais à Paris, les Anglais ne sont pas venus pour y faire du tourisme. Ils n’avaient qu’une obsession : accrocher le 13e Grand Chelem de l’histoire du rugby anglais. C’est chose faite après un match bien maîtrisé et où ils ont clairement fait preuve de bien plus d’efficacité que les Bleus.

Les vingt premières minutes résument tout : les Bleus envoient du jeu, dominent, mais ne marquent pas. Les Tricolores ne concrétisent pas leur excellent début de match, malgré les jambes de feu de Vakatawa et Spedding. A l’inverse, les Anglais, sur leur première visite sérieuse dans le camp français, aplatissent par Danny Care, parti seul à 45 mètres de l’en-but (3-10, 12e).

Dix minutes plus tard, c’est le pilier Dan Cole qui aplatit en force, en conclusion d’une longue séquence des visiteurs, enclenchée par une passe au pied de Farrell pour Watson (6-17, 20e). Heureusement pour les Bleus, les hommes d’Eddie Jones commettent beaucoup de fautes, et Maxime Machenaud, impeccable au pied, laisse ses coéquipiers au contact : 12-17 à la mi-temps, 18-20 à la 50e minute.

Mais à force de buter sur un mur et de perdre sa lucidité le XV de France s’est fait punir, avec un essai de Watson, qui a bien suivi sur un coup de pied à suivre de Youngs (18-25, 56e). Et là, l’orgueil, la fierté et le courage ne suffisent plus. Sans solution, les Bleus ne sont pas revenus et deux dernières pénalités de Farrell  (72e et 76e, 21-31) ont achevé le suspense. Les supporters anglais pouvaient exulter, libérés, après 13 années sans Grand Chelem. Les Bleus, eux, quittaient le Stade de France sur un drôle de match, sans essai.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here