Rendez-vous à Geoffroy-Guichard pour cette 29e journée de Ligue 1 entre l’AS Saint-Étienne et le FC Metz. Les spectateurs de cette rencontre ont sûrement dû être pris de vertige et risque sûrement de consulter leur médecin traitant dans les jours qui viennent. Mais la rencontre pourrait se résumer à ce tweet :

En moins d’une minute, l’ASSE s’écroule déjà chez elle.. Alors que les Verts n’avaient encaissés que 7 pions en 14 matchs à domicile, Ismaïla Sarr ouvre le score à la 55ème seconde (0-1) d’une frappe limpide. Sur l’action, Veretout chute au duel et Stéphane Ruffier semble peu aidé par le soleil.. En effet, les Messins ont profité de leur victoire au coin-toss pour placer le portier stéphanois dans les meilleures conditions pour un bronzage optimal.

Néanmoins les Verts tentent de réagir en vain.. Frappe trop molle de Beric, contrôle manqué d’Hamouma, relance imprécise de Selnaes, les hommes de Christophe Galtier sont pour le moment complètement maladroit. Alors que depuis le coup d’envoi Saivet occupait l’aile droite et Hamouma le poste de n°10, Galtier a pris la décision de les inverser dès la 20e minute suite au manque de solution proposé par l’international sénégalais. On respire beaucoup plus du côté des messins où la moindre prise de balle fait redescendre tout le bloc stéphanois assez rapidement.

Grosse occasion de but pour le FC Metz une nouvelle fois (26e) où, sur une sortie complètement ratée de sa surface, le portier stéphanois bien gêné par le soleil se rate sur sa prise de balle. Cette maladresse profite à Cheick Diabaté qui n’arrive « malheureusement » pas à cadrer sa tentative.

On assiste à une prestation très décevante du côté des Verts où peu de solutions sont proposés entre coéquipiers. Metz en profite et arrive à faire peur à son adversaire du jour au point de s’offrir le premier corner de la r (31e). Sur ce coup de pied arrêté, Ismaïla Sarr aurait pu s’offrir un doublé grâce à une belle tête croisée mais le jeune latéral Ronaël Pierre-Gabriel sauve les siens sur la ligne.

Petit miracle du côté de Saint-Etienne, Henry Saivet se réveille et réalise qu’il joue au foot (35e). Il tente de sonner la révolte avec une belle frappe qui fuit de peu la cadre de Thomas Didillon. Dommage. L’action de Saivet semble avoir eu effet positif sur l’équipe. C’est au tour de Romain Hamouma dy mettre du sien (42e) mais sa frappe est repoussée par le portier messin. Derrière, Monnet-Paquet envoie le ballon au dessus du but.

Fin de première période qui doit faire – un tout petit peu – plaisir à Christophe Galtier. Cette dernière analyse est purement ironique vu que l’entraîneur des Verts n’a pas attendu le coup de sifflet pour se rendre au vestiaire. Aucun changement de chaque côté à la pause. Seul Alexander Søderlund s’est échauffé durant les 15 minutes du côté de l’ASSE.

Quoi de mieux quand votre équipe cherche à marquer que de compter sur un de vos défenseur central ? C’est encore plus symbolique pour l’ASSE quand il s’agit de son capitaine Loïc Perrin qui combine parfaitement sur l’aile et offre un succulent ballon dans l’axe à Robert Beric qui dribble Simon Falette et ajuste Didillon d’un subtil pointu (53e) !

Côté messin, Nguette remplace le buteur Sarr, blessé (60e).

Le match vient de gagner en intensité et ça fait plaisir à voir. Il aura néanmoins fallu attendre 1 heure de jeu pour voir la rencontre s’enflammer mais Metz ne démérite pas et continue de poser des soucis aux stéphanois.

Premier changement pour Christophe Galtier dans ce match. Quasi invisible depuis le début de la rencontre, Henry Saivet cède sa place à Søderlund  (66e).

Et.. Metz reprend l’avantage (67e, 1-2).. Le jeune Ronaël Pierre-Gabriel laisse tranquillement Balliu centré et c’est Simon Falette qui vient donner l’avantage aux Grenats.

C’est à la fois plus que mérité pour Metz mais dur pour Saint-Étienne dans cette 2eme période. Coup sur coup, Hamouma et Perrin échoue devant Didillon (70e, 72e). Loïc Perrin qui s’est offert une reprise de volée dans la surface. Un geste qui a sûrement dû surprendre ses coéquipiers peu habitués à tenter un tel geste.

Fait exceptionnel, en pleine action, Stéphane Ruffier porte et fait sortir Pierre-Gabriel blessé afin de ne pas offrir une occasion aux rapides messins (74e), le portier réussit même à se replacer rapidement pour empêcher une offensive adverse. Ça semble grave pour le jeune latéral stéphanois qui souffre et n’arrive pas à marcher seul.

Le milieu Bryan Dabo remplace donc le jeune stéphanois alors que du côté des messins, l’ancien vert Mevlut Erding prend la place du grand Cheick Diabaté (78e).

L’entrée de Søderlund n’a toujours pas offert le moindre impact sur le match. À 5 minutes de la fin du temps réglementaire, Galtier fait sortir le buteur des Verts, Robert Beric pour Benjamin Corgnet (85e). À noter au passage que les Verts évoluent à 3 derrière depuis la sortie de Pierre-Gabriel.

Sur un une-deux dans la surface avec Kévin Monnet-Paquet, Romain Hamouma oublie et la présence de Søderlund en retrait et perd le ballon (88e). Mollet remplace Jouffre pour Metz au passage.

Dans le temps additionnels, Hamouma ne rabat pas suffisamment sa reprise dans la surface et le ballon s’écrase sur la barre transversale. Pour Metz, Nguette se joue de toute la défense ainsi que de Stéphane Ruffier et c’est Loïc Perrin qui sauve sur la ligne le ballon sur la ligne.. Mais à la dernière seconde de la rencontre, alors que Stéphane Ruffier traverse tous le terrain pour venir aider les siens sur un coup franc, c’est Loïc Perrin qui s’élève aussi dessus des 20 autres joueurs dans la surface pour ajuster Didillon et arrracher le match nul. C’est invraisemblable et le capitaine des Verts ne se fait pas réclamer pour célébrer ce but avec rage.

Les 4 minutes de temps additionnels ont sûrement été dur à vivre pour les personnes sensibles du cœur.. Alors que Metz s’apprêtait à réaliser une excellente opération, l’exemplaire capitaine des Verts a sauvé son équipe. La course à l’Europe parait inconcevable lorsque l’on regarde les performances de l’ASSE depuis la double confrontation contre Manchester United. La fin de saison s’annonce dur à vivre du côté du Forez..

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here