Le paysage sportif roannais est depuis longtemps dominé par le monstre sacré du coin, le club de basket de la Chorale de Roanne. Pourtant, depuis un an, un autre club fait son apparition de manière tonitruante, le Roannais Basket Féminin. Et si la hiérarchie se voyait modifiée ?

La Chorale en difficulté en Pro B
La Chorale en difficulté en Pro B

 

  • La Chorale en grand danger

Il est désormais loin le temps où la Chorale de Roanne faisait vibrer le cœur des supporters en Euroleague… Champion de France de Pro A en 2007, finaliste en 2008, il y a moins de dix ans les roannais marchaient sur le basket français. Et que de belles soirées vécues par les hommes d’un certain Jean-Denys Choulet, une Halle Vacheresse pleine à craquer lors de chaque rencontre à domicile, une équipe soudée et vaillante à chaque prestation. Ce temps là n’est en vérité pas si loin. J-D Choulet, 11 ans passé au club, est remercié en 2011. Ce qui coïncide étrangement (ou pas) avec le déclin du club. Il y a deux ans, le club descend en Pro B après n’avoir gagné aucun match à l’extérieur de la saison. Après une saison correcte en Pro B, cette année est difficile pour les Choraliens. Ils pointent à l’avant-dernière place du championnat à dix journées de la fin. Il reste donc dix matchs à la Chorale de Roanne pour se sauver d’une terrible désillusion, d’un désastre sportif et financier.

Déjà un trophée cette saison pour le RBF qui en appel d'autres ?
Déjà un trophée cette saison pour le RBF qui en appel d’autres ?

 

  • Le RBF en pleine euphorie 

Pendant ce temps-là, le Roannais Basket Féminin fait son apparition en tant que promu en NF1. Un promu pas comme les autres. L’équipe bâtie par Olivier Hirsch tient la route. Même mieux que prévu. L’objectif maintien est vite balayé par une première partie de saison tonitruante avec une seule défaite au compteur en championnat et un titre en Coupe de la Ligue Lyonnaise qui qualifie les Pink Ladies en Coupe de France. Le Palais des Sports, rénové comme la Halle Vacheresse, se rempli de plus en plus. Quelque chose se crée. Il faut dire que la proximité et la disponibilité de ces filles poussent à les apprécier. La saison est pour l’instant parfaite : le club disputera une finale de Coupe de France à Bercy le 30 avril prochain et terminera la saison par des playoffs mérités pour l’accession en Ligue 2 en mai. Le tout porté par un public conquis et de plus en plus sous le charme des Pink Ladies.

La Halle Vacheresse forteresse historique de la Chorale, jusqu'à quand ?
La Halle Vacheresse forteresse historique de la Chorale, jusqu’à quand ?
  • Une remise en question 

Alors oui, la question se doit d’être posée. Les performances sportives des deux clubs ont des trajectoires complètement opposées. Entre une équipe de la Chorale de Roanne flirtant dangereusement avec la relégation en NM1 et le Roannais Basket Féminin aux portes de la Ligue 2. Et c’est avec le RBF que certains supporters retrouvent la joie de grands évènements, n’en démontre le futur déplacement à Bercy où plusieurs centaines de supporters roannais seront attendus… Comme celui de la bande à Spencer en 2007 qui s’était conclu de la plus belle des manières.

Le Palais des Sports est trop petit pour le RBF, la Halle Vacheresse trop grande pour la Chorale de Roanne. Comment évoquer l’avenir des deux clubs roannais ? C’est impossible à l’heure actuelle. La fin de saison des deux clubs apportera des réponses. Les politiques apporteront alors la leur. Le RBF peut-il devenir plus important que la Chorale ? Pour l’instant non. Et cela n’est certainement pas près d’arriver pour le moment. Les mentalités sont difficiles à changer. Surtout auprès des élus.

La LF2 pour le RBF, un rêve accessible sur le terrain, inaccessible sur le financier
La LF2 pour le RBF, un rêve accessible sur le terrain, inaccessible sur le financier

 

  • Un rêve de LF2 pour le moment inaccessible pour le RBF

Est-ce qu’enfin dans le sport la vérité du terrain va primer sur la vérité financière ? La ville de Roanne, le département et d’autres institutions ont fait de la Chorale de Roanne le 3ème budget de Pro B cette saison (2 465 000€) pendant que le RBF détient le 5ème budget de NF1 (environ 340 000€). Plutôt pas mal pour un promu, mais insuffisant en cas de montée en Ligue 2 . Mais les choses changeront elles en cas de montée du RBF, qualifié pour les playoffs ? Et si la Chorale venait à descendre d’un échelon national ? Avec des si, on refait le monde, c’est bien connu. Mais l’éventualité existe.

La Chorale de Roanne a une grande histoire, un palmarès digne des grands tandis que le RBF est entrain d’écrire la sienne. Et si la hiérarchie changeait ? L’avenir nous le dira.

La Chorale et le RBF joueront très gros en cette fin de saison. Ce qui est sûr, c’est que le scintillement du basket roannais serait plus grand avec deux clubs professionnel sur son territoire. Au RBF de le devenir, à la Chorale de le rester.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here