La Formule E est une discipline attractive, en effet, les écuries peuvent changer de propriétaires en cours de saison. C’est ainsi que les pilotes titulaires peuvent être remplacés plusieurs fois dans un championnat. 

Pour l’écurie japonaise, ce sont des investisseurs chinois qui devrait reprendre le contrôle. C’est la société basée à Shanghai, Chinese Media Capital qui devrait intervenir dans les prochains jours, si ce n’est pas en marge du ePrix de Paris de samedi. Un pilote chinois va dès lors devenir titulaire.

Le pilote chinois, Ma Qing Hua moule son baquet en vue du ePrix de Paris
Le pilote chinois, Ma Qing Hua moule son baquet en vue du ePrix de Paris

On parle de Ma Qing Hua (Photo). Il n’est pas encore très connu, mais il a déjà une petite expérience en sport automobile. Il a pris part en 2014 au programme de Citroën en WTCC, le championnat de voitures de tourisme de la FIA. Il a également couru en Formule Renault en Asie, en Formule 3000 en Espagne et en Grande Bretagne. Il remplace le mexicain Salvador Duran, qui lui même, remplaçait Nathanael Berthon.

Concernant la reprise de l’écurie, la société est bien implantée dans le sport auto en Asie. Elle représente des pilotes et des équipes de haut niveau, peut-on apprendre de Motorsport.com qui est bien informé du sujet. Cette entreprise a aussi la charge de la promotion de courses automobiles à Pékin et à Honk-Kong. Un ePrix est déjà prévu pour la prochaine saison dans la cité-Etat.

Suzuki laisserai la place à un moteur Renault. Le constructeur français a des liens très fort avec la Chine et Dongfeng, le constructeur local. En sport auto, le business n’est jamais loin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here