McLaren MCL32 (source : motorsport.com)

Depuis le début de l’année, McLaren a su créer un engouement autour de sa monoplace 2017 sur les réseaux sociaux. Etait en jeu, la place du orange sur la livrée, couleur historique de l’écurie fondée par le Néo-Zélandais Bruce McLaren. 


Et le orange et là. L’écurie britannique arrive sur cette saison 2017 avec la livrée la plus radicalement évoluée par rapport à la saison dernière. Le orange est massivement présent sur tout l’avant, de l’aileron avant à l’aileron arrière en passant le museau et le capot moteur.

Sportivement, Mclaren veut repartir de zéro, faire table rase du passé. Les deux premières années avec Honda ont été très difficiles. Ce nouveau règlement est l’opportunité de frapper un grand coup en piste. McLaren a un peu plus de pression parce que c’est un groupe d’ingénieurs de Woking qui a suggéré les nouvelles réglementations techniques que la FIA a retenu. Un échec serait du pire effet. McLaren veut retrouver son rang parmi le top trois mondial. Avec cette monoplace, le châssis devrait répondre aux attentes.

Il est vrai qu’à côté, la Mercedes est presque trop propre, trop bonne élève. L’aileron avant présente une cascade de flaps impressionnants. Les mats d’aileron sont agrémentés par trois encoches latérales qui permettent un meilleur écoulement de l’air de l’extérieur vers l’intérieur et ainsi alimenter le fond plat et le diffuseur qui a été rehaussé. C’est la que l’appui sera primordial pour plaquer la voiture au sol. Un oeil plus attentif porté sur l’aileron arrière met en avant tout un travail très fin. Attendons le verdict de la piste lundi pour avoir une meilleure idée de la performance.

Stoffel Vandoorne va faire ses débuts en tant que titulaire, commencer aux côtés d’Alonso avec des voitures plus physiques doit être la meilleure confrontation possible pour s’illustrer  : « C’est très enthousiasmant pour moi de faire partie de McLaren-Honda en tant que pilote titulaire », se réjouit-il. « Cela fait quatre ans que je fais partie de l’équipe, d’abord en tant que pilote d’essais, et j’ai enfin ma chance. Dans deux jours, ce sera le moment de monter dans la voiture ! Je suis très enthousiaste. »

Le réalisme n’est cependant jamais loin : « La priorité de l’équipe est de revenir à l’avant. Les deux dernières années ont été très difficiles pour nous, et il faut travailler avec l’équipe et les ingénieurs pour s’assurer que nous effectuons ces progrès. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here