La préparation pour les 500 Miles d’Indianapolis le 28 mai prochain sont bien lancés. Fernando Alonso commence à prendre ses marques sur ovale. 

Lors de la première journée lundi, le pilote Espagnol a parcouru 20 tours seulement, ralenti par des problèmes de suspension sur sa monoplace. Mardi, les choses se sont améliorées et Alonso a pu profiter pleinement des six heures de piste mises à disposition des pilotes. Fernando Alonso a pu bien progresser en bouclant 117 tours du circuit.

Le plus important était d’appréhender pour la première fois la gestion du traffic. Avec 33 voitures sur ce ovale de 4 km pendant près de trois heures de course, les dépassements seront nombreux. Les pilotes pouvant rouler à quatre de front dans les virages, il est important de savoir dépasser et se faire dépasser.

« On a beaucoup roulé, 117 tours je crois, j’ai beaucoup appris et j’ai enfin pu rouler avec du trafic. Ce sont des informations qui vont me permettre de devenir un meilleur pilote sur ovale ». 

Andretti est une équipe qui aligne six voitures cette année. Le travail de simulation de roulage en meute peut donc être effectué dans les meilleures conditions, ce dont se ravit l’Espagnol :

« C’était plus ou moins comme je m’y attendais. Je suis dans la meilleure équipe pour ça, nous avons six voitures et nous roulons tous ensemble. Mes équipiers m’ont énormément aidé, je sais qu’à certains moments ils étaient prudents avec moi, c’est la première fois que ça m’arrive ! J’ai appris lors de chaque tour, en les suivant, en voyant comment ils attaquent les virages, comment ils préparent leurs dépassements, etc. C’était une journée très utile et productive ».

Ce mercredi, les pilotes ont eu affaire à de nouvelles conditions de piste. Le vent a fait son apparition. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour des pilotes roulant à 350 km/h, cela veut dire beaucoup.

« C’était délicat, assurément. Les conditions aujourd’hui n’ont pas aidé, donc [il y a eu] très peu de roulage pour les pilotes de pointe, mais pour moi, toutes les conditions sont toujours une bonne leçon. »

« Donc, aujourd’hui c’était ça, apprendre comment piloter avec un vent fort et comment régler la voiture virage après virage. Tout s’est passé comme prévu. L’équipe s’est aussi servie de ces runs pour tester quelque chose sur les réglages moteur, donc c’était une journée productive. »

Les pilotes n’ont pas eu la possibilité de faire beaucoup de tours, cependant, Alonso a tiré le meilleur de la journée pour signer la 4ème meilleure vitesse de la journée à 219,533 mph (352.446 km/h) derrière Ed Carpenter avec la vitesse de 222.894 mph (358.713 km/h). Un autre exercice important est l’arrêt au stand. C’est là aussi différent de la F1. La voie des stands a une entrée précise, elle est divisée entre la pit lane avec les spots des mécaniciens et la fast lane où circulent les voitures. A 33, la circulation est délicate pour éviter les accrochages. Simon Pagenaud avait été pénalisé ainsi l’année dernière.

« Nous avons utilisé la mi-journée pour faire quelques simulations d’arrêt au stand, pas seulement pour moi mais pour les gars aussi. Nous avons appris des choses de leur côté et aussi de mon côté, comment aborder la voie rapide, la voie lente, parce qu’évidemment en essais, c’est OK, mais en course, quand 33 voitures vont s’arrêter, il y aura beaucoup de trafic ici ».

Enfin, les fans américains se prennent au jeu et n’hésitent pas à aller vers le pilote et demander des selfies et des autographes. Alonso n’est pas si inconnu que ça.

Pour rappel, les 500 Miles d’Indianapolis auront lieu le 28 mai prochain. Les qualifications se dérouleront en deux temps les samedi 20 et dimanche 21 mai. Une quatrième séance d’essais sera à suivre ce soir entre 18h et minuit heure française, (12h-18h E-U). Canal+ Sport diffusera la course.

Le tout est à suivre en vidéo ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here