Ici, pas d’articles sur l’actualité du sport automobile. Pas de déclaration de patron d’équipe ou de pilote non plus. Je profite de cette page pour revenir sur la journée de samedi.

Ce samedi, s’est déroulé le premier ePrix de Paris. Le plan que j’avais imaginé était de vous proposer une galerie des meilleures photos de la journée pour vous faire revivre cette expérience. Malheureusement, je n’ai pas trouvé comment y parvenir via le site. A la place, je vous propose de vous raconter cette événement vécu de l’intérieur.

Il est vrai que l’organisation est encore perfectible. Néanmoins, il faut saluer le travail de la mairie de Paris et des promoteurs. Ce circuit s’est bâti en dix jours, en soirée pour éviter de perturber le traffic normal du quartier, le prestigieux Septième arrondissement . En tout points, tant logistiques qu’organisationnels, ces quelques jours ont été un vrai challenge. Ici, on est pas à Monaco ou un Grand Prix de Formule 1 a lieu tout les ans. Paris n’a pas l’habitude de ces manoeuvres qui demandent de la minutie.

On a pu lire que certains spectateurs étaient déçus! Mais un événement particulier tel que celui-ci se prépare. C’est certain qu’il est préférable de se rendre sur place, de bien étudier le tracé pour voir quels sont les points chaud ou il est susceptible de se passer le plus de choses. Le circuit ne mesurant que 1,9 km, il est très facile d’en faire le tour à pied. Dans la mesure du possible évidemment.

Mais s’il y a un mot a retenir de cette journée, c’est unique.

Ce que l’on vit ici n’a rien à envier à la Formule 1, à l’Endurance ou même, au Moto GP. L’ambiance est comme un festival. Il y a le eVillage où se concentrent toutes les animations, le podium, le eRacebooth, un lieu avec des arcades, mais pas n’importe quel jeu d’arcades. On le verra plus loin. Les partenaires, Renault et DS viennent présenter leur marque, leurs gamme de véhicules électriques, leur engagement dans la discipline, leur palmarès. Même Visa, le sponsor titre de la course a tenu un stand ou il a exposé ses activités. Les écrans géants permettent de ne rien rater de l’action en piste.

La zone du circuit est relativement restreinte, il est donc très facile de se déplacer en différents points. L’avantage des places à 20 euros, c’est qu’elles sont vraiment très abordables, et surtout, on est pas cantonné à un numéro de siège. On est libre de ses mouvements entre 8h et 17h.

Je sais par expérience que pour la Moto GP, le circuit du Mans est vraiment incomparablement plus grand. Il est beaucoup plus difficile de se déplacer d’une porte d’entrée vers la ligne droite des stands par exemple que sur tout le circuit des Invalides. Les 24H du Mans sont si populaires qu’il y a incroyablement plus de monde. Si l’accès aux stands et possible, la foule fait qu’il est difficile d’y accéder réellement. Quant à la Formule 1, elle est beaucoup trop chère. Il faut être invité dans le Paddock Club par les sponsors des écuries pour en profiter réellement. Mis à part ce dernier, il n’y a pas la même interactivité entre acteurs et spectateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here