Une nouvelle fois, c’est une course agitée que se sont disputé les 22 protagonistes du plateau. Après divers accrochages et rebondissements, c’est Nico Rosberg qui a remporté ce Grand Prix de Chine tout en contrôle. A l’arrière, le peloton était déchainé. 

Hamilton avait une montagne à gravir, et bien il n’y sera pas parvenu. Après ne pas avoir pu participer aux qualifications, le britannique s’est élancé de la dernière place sur la grille de départ. Ce départ à été agité. A nouveau, Rosberg a cédé les commandes, à Ricciardo cette fois. Derrière, Daniil Kvyat est parti comme une fusée et est allé au contact de Vettel qui n’a pas pu éviter la collision contre Raikkonen. C’est un départ houleux qui a vu plusieurs accrochages, et Hamilton n’a pas été épargné. La Sauber de Ericsson est allé, elle, toucher Romain Grosjean, et en essayant de l’éviter, le suédois est allé s’empaler sur Hamilton qui essayait de se frayer un chemin. Les conséquences sont grandes pour Hamilton qui voit son aileron avant casser et se loger sous son fond plat. La Mercedes n°44 a du effectuer un premier arrêt prématuré, ce qui a chamboulé sa stratégie. Rosberg, même s’il s’est retrouvé deuxième au premier virage a été bien aidé par une crevaison sur la Red Bull de Ricciardo. Il a pu récupérer son bien sans problème.

Mais cette indiscipline générale a vu la voiture de sécurité être déployée pour nettoyer la piste. Quasiment toutes les voitures sont passées au stand, Raikkonen pour changer d’aileron, les uns pour changer des pneus crevés. Le leadership s’est retrouvé confié à Rosberg, suivi de Felipe Massa, Fernando Alonso et Pascal Wehrlein, 4ème sur la Manor.

A la relance, les choses sont revenues à la normale. C’est alors que Lewis Hamilton a débuté sa remontée. Hélas pour lui, certes de belles manoeuvres, pleines d’enthousiasme ont eu raison, de ses pneumatiques. Il a eu à passer cinq fois par la voie des stands. Chaque passage le reléguait à chaque fois plus loin dans le traffic. De plus, sa voiture a été endommagée par les accrochages du début de course. Sa voiture n’a plus été aussi efficace et sa course vers le podium s’est retrouvée compromise. A la fin, en prise avec un Massa agressif en défense dans le bon sens, c’est d’abord Ricciardo, puis Raikkonen qui ont passé le triple champion du monde.

Sebastian Vettel, lui a plutôt bien géré cet incident au départ. S’étant retrouvé 15ème à la relance, il a pu effectuer un retour solide pour terminer 2ème. Néanmoins, il est resté très énervé contre l’attaque suicidaire de Daniil Kvyat. La tension était palpable jusqu’au moment de monter sur le podium. Maurizio Arrivabene, patron de la Scuderia, lui, n’en voulait pas tant au pilote russe pour ce fait de course.

Chez Red Bull, les difficultés de l’année dernière semblent oubliées. Le Russe signe son deuxième podium en carrière quand Ricciardo enchaîne avec une troisième 4ème place consécutive.

Pour Romain Grosjean, c’est la déception. Après deux courses fantastiques où il a pu récolter de gros points, le comportement de sa voiture a été anormalement mauvais : « L’équilibre de la voiture a été catastrophique du début à la fin. Il faut qu’on analyse, qu’on comprenne, il y a peut-être un problème physique. On ne peut pas être passé de là où on était à ici sans raison. Un week-end comme ça peut être positif pour comprendre les choses. » 

De tout ce chaos, Nico Rosberg n’a eu qu’à contrôler en tête de course, dans un autre monde pour s’imposer. Au classement pilote, Hamilton accuse désormais un retard de 36 points sur Nico Rosberg.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here