Le mois dernier a eu lieu l’ouverture du championnat allemand de Formule 4. Si Mick Schumacher n’a pas manqué de faire parler de lui, il s’agit du fils de fils de Michael Schumacher, sextuple champion du monde de F1, un autre pilote a fait parler de lui, enfin, une pilote. Dans cette catégorie, une pilote, Sophia Flörsch est engagée. Ces derniers temps, nous avons abordé le fait que Bernie Ecclestone avait déclaré qu’une femme en F1 ne serait pas prise au sérieux. Mais contre toute attente, nous avons appris la présence Sophia en F4, une des formules de promotion vers la F1. Si la route va être longue, il nous paraît pertinent de suivre son parcours au sein du team Motopark. Après chaque meeting en F4, elle rédige une lettre où elle donne de ses nouvelles aux fans via le site Motorsport.com. 

Nous avons choisi de vous faire part de morceaux choisis de sa correspondance. Qui sait où arrivera-t-elle ?

« La première manche au circuit de Oschersleben a marqué mes débuts en F4 Allemande. J’étais heureuse de mes 4ème et 8ème place en essais libre sur piste mouillée. J’ai même occupé la première place pendant 20 minutes. Mon rythme qui était bon m’a bien motiver pour la suite« .

« Les qualifications ont eu lieu le vendredi après-midi. J’étais un peu nerveuse car c’était mes premières en monoplace. On était séparé en deux groupe. Je me suis retrouvée dans le deuxième. Pendant que le groupe A était en piste, je me suis mise dans ma monoplace pour me concentrer« .

« Au terme des qualifications, j’étais 6ème de mon groupe mais 12ème au classement général. J’aurais aimé être plus proche de la tête mais c’était tout de même un bon résultat pour mes premières qualifications« .

Il y a trois courses en F4, donc trois séances de qualification.

« J’ai été vraiment heureuse d’apprendre que j’avais réalisé le 3ème temps de mon groupe donc P6 général pour la deuxième course. Waouh! Quelques places devant Mick Schumacher. C’était vraiment un truc énorme!« .

Débuts en course

« Le samedi a eu lieu la première course. Les patrons des entreprises représentant mes sponsors étaient présents sur place avec leurs associés. Cela a rajouté de la pression sur mes épaules« .

« J’étais nerveuse comme vous pouvez vous en douter. Le temps était sec mais de gros nuages noirs s’amoncelaient dans le ciel. Des goutes sont tombées avant le tour de chauffe« .

« Les pilotes doivent choisir leurs pneus entre les « slicks » pour piste sèche ou « wet » pour piste humide. Avec mon ingénieur, nous avons opté pour des pneus « wet », ça m’a permis de me détendre. Le départ s’est passé sous safety-car« .

« L’objectif n’était pas de prendre des risques mais d’engranger de l’expérience et finir la course. Je voulais quand même finir dans le top 10. Tout s’est très bien passé et j’ai pu couper la ligne P9. L’équipe était ravie de mon résultat« .

Colère après l’accident de la course 2

« Le dimanche matin, je partais P6 avec un podium en ligne de mire. Je n’étais plus du tout nerveuse. Le team principal de l’écurie, mon ingénieur de course et mes mécanicien m’ont conseillé de la jouer cool, sans pression. De plus, j’avais atteint mon objectif de top 10 la veille« .

« Mais bien sûr, en tant que sportif, vous vous fixez toujours des objectifs et cette fois, je voulais terminer dans le top 5. Tout se passait très bien, je me battais bien, mais hélas, quelqu’un m’a percuté à 13 minutes de la fin. J’avais la vitesse pour terminer 5ème« .

« Après la course, j’étais furieuse. Mon équipe m’a calmé. Plus tard, avec mon boss, nous sommes allé voir la direction de course. L’autre pilote a été sanctionné et a pris une pénalité« .

« Pour la dernière course, je suis partie P2. En 2015, Mick est parti 2ème et a gagné la course« .

Perdre le podium dans le dernier tour

« La dernière course a eu lieu sur le sec, les caméras me filmait. Plusieurs pensées me traversaient l’esprit mais je me suis concentré et je me suis dit : « ça va le faire« . »

« Malgré la pression, j’ai pu prendre un bon départ. Ce n’était pas le meilleur mais je me suis retrouvé P2. Wow! P2, Go, Go!« 

« Après quelques tours, je me suis retrouvée en tête! Wow, une fille qui mène une course de F4! Mais au bout de la ligne droite, Mick m’a dépassé. Je n’ai pas vu comme il était proche. J’ai laissé assez de place au freinage, je ne voulais pas risquer un accrochage mais je voulais quand même me battre« .

« Le suivant était Joey Mawson. Cette fois, je ne voulais pas me laisser passer aussi facilement. Je ne me suis pas laissé faire, ça a pris du temps, mais il m’a finalement eu. J’étais 3ème dans le dernier tour. Malchance, j’ai encore été percutée. Mon aileron arrière a été endommagé. Malgré l’écart, un autre pilote m’a rattrapé« .

« Ma voiture été difficile a piloter, mais je ne voulais pas abandonner. J’ai tenu jusqu’au bout et j’ai pu terminer 5ème.

Garder le bon et le moins bon

« J’étais en colère et heureuse en même temps. P5 pour mon premier week-end en F4 c’est plutôt cool. J’aurais pu être 3ème« .

« Les journalistes ont dit que je m’étais battue comme un lionne. J’ai été ravie de pouvoir montrer ma vitesse et mon état d’esprit« .

« Mon équipe et mes sponsors et tout le monde impliqué était heureux de ma performance. Nous avons montré que nous pouvons nous battre pour un top 3. Notre temps viendra! Je suis prête pour ça! ».

« Croisez les doigts« 

Sophia

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here