Nouvelle étape de votre tour d’Euro qui vous emmènera jusqu’au début de l’Euro 2016 qui aura lieu du 10 juin au 10 juillet prochain. Aujourd’hui, place à l’équipe nationale d’Islande qui participera au premier Euro de son histoire en France.

 

euro-2016.lislande-invitee-surprise-et-heureuse_6
Kolbeinn Sigthorsson, l’attaquant du FC Nantes.

 

  • L’histoire de l’Islande à l’Euro (1e participation)

La Fédération Islandaise de Football est officiellement créée en 1947, juste après la Seconde Guerre Mondiale. Durant ces 10 premières années, l’Islande ne va disputer que 15 petits matchs amicaux, histoire de se faire les dents. Le bilan est alors de 4 victoires contre 15 défaites. Longtemps, cet Etat insulaire s’est contenté de disputer des qualifications aux deux grandes compétitions internationales majeures (l’Euro et la Coupe du Monde), sans grand succès. Jamais l’Islande n’est parvenue à se qualifier pour une de ces deux compétitions. Jusqu’à l’édition 2016, donc. Une première qui a des allures d’aboutissement pour cette équipe qui, depuis le début des années 2000, progresse année après année sans parvenir à rejoindre l’élite européenne. C’est désormais chose faite.

 

  • Une qualification complètement maîtrisée
euro-2016.lislande-invitee-surprise-et-heureuse
La joie des islandais après leur qualification historique. Image Ouest France

Cela pourra peut-être paraître étrange pour certains, ça a d’ailleurs du en choquer plus d’un, mais l’Islande s’est qualifiée sans le moindre problème pour cet Euro. Il leur a suffit des 8 premières rencontre pour valider leur ticket pour la France en juin prochain. 8 matches qui se sont soldés 6 fois par une victoire, 1 fois par un nul et 1 fois par une défaite. Un bilan impressionnant d’autant plus qu’elle était confrontée à des équipes habituées à disputer les grandes joutes internationales : Les Pays-Bas, la République Tchèque et la Turquie prenaient ainsi place dans ce groupe A aux cotés des islandais donc, en plus du Kazakhstan et de la Lettonie.

Les 3 premières rencontres vont même être expéditives : l’Islande inflige d’entré un 3-0 à la Turquie, puis à la Lettonie avant de vaincre sans douleur les Pays-Bas, 2 à 0. Ces 9 points pris en 3 rencontres vont véritablement lancer cette équipe pour le reste des qualifications. Défaite ensuite par la République Tchèque (1-2) elle reprend très vite sa marche en avant au Kazakhstan (victoire 3 à 0), puis prend sa revanche sur les tchèques (victoire 2-1) avant de réaliser l’exploit de s’imposer aux pays-bas (victoire 1-0). Un succès historique qui permet à l’Islande de valider son billet pour l’Euro dès le 8ème match et ce, en tenant le nul face au Kazakhstan à domicile, 0-0. La Terre de Glace est alors la 3ème nation à se qualifier pour l’Euro 2016, avec la République Tchèque et l’Angleterre. Les deux dernières rencontres, disputées pour l’honneur, seront soldées par un nul et une défaite. Qu’importe, l’Islande est directement qualifiée avec un bilan plus qu’honorable (6 victoires, 2 nul, 2 défaites, 17 buts marqués/6 encaissée) et c’est bien là l’essentiel.

 

  • Le groupe à l’Euro
680@80
L’Islande, une équipe soudée.

Pour leur premier Euro, les islandais seront logés dans le groupe F, en compagnie du Portugal, de l’Autriche et de la Hongrie. Un groupe plutôt homogène avec une équipe du Portugal certes beaucoup plus expérimentée, mais qui a du mal a véritablement exister lors des grandes compétitions internationales. L’Autriche, même si elle s’est montrée convaincante lors des qualifications, ne fait pas non plus figure d’épouvantail et la Hongrie encore moins. Il y’a donc de la place pour cette sélection islandaise qui peut largement ambitionner de finir dans les 3 premières places de cette poule. Ce sera en tout cas très clairement l’objectif des joueurs emmenés par Lars Lagerbäck, qui ne viendront pas en touriste.

 

  • L’e joueur entraîneur-clé : 
Bild-1
Lars Lagerbäck, songeur.

Hé oui, difficile de sortir un nom parmi ces joueurs islandais évoluant pour la plupart dans des équipes du ventre mou des principaux championnats européens. On aurait peut-être pu citer Eidur Gudjohnsen, joueur qui vous rappellera probablement quelques souvenirs lui qui a notamment évolué sous les couleurs de Chelsea ou encore du Barça, mais il n’est pas certain d’être du voyage à l’Euro malgré qu’il ait disputé les qualifications. Âgé de 37 ans, le meilleur buteur de sa sélection (25) semble avoir du mal à tenir le rythme et se rapproche doucement de la fin de sa carrière. Kolbeinn Sigthorsson, l’attaquant du FC Nantes vous dis aussi probablement quelque chose, tout comme Gifly Sigurdsson milieu polyvalent de Swansea. Bref, rien de bien folklorique en soit. La force de cette équipe réside donc peut-être en Lars Lagerbäck, le sélectionneur. Âgé de 67ans, lui qui a commencé sa carrière d’entraîneur à 29 ans (!), il a su créer une véritable harmonie au sein des joueurs islandais. Ancien sélectionneur de la Suède durant 9 années, puis du Nigéria notamment, il s’engage ensuite à la tête de la sélection islandaise et va fleurter avec une qualification historique pour la Coupe du Monde 2014 en s’inclinant d’un rien face à la Croatie en barrage (0-0/2-0). Un échec duquel il rebondira rapidement en qualifiant cette petit île de quelques 300 000 habitants pour l’Euro 2016.

 

  • Pourquoi l’Islande va gagner l’Euro ?

Au vu de leur groupe plutôt abordable, l’Islande peut déjà sereinement envisager une qualification pour les huitièmes de finales. Si d’ici là, l’équipe continue de rester soudée et d’évoluer ensemble et pour une seule cause à savoir l’équipe, alors elle peut légitimement avoir de belles ambitions dans cet Euro. Emmenés par le sorcier Lars Lagerbäck, les islandais auront a cœur de faire honneur à leur patrie pour cette première participation à une grande compétition internationale. La belle histoire serait peut-être que l’emblématique attaquant Eidur Gudjohnsen soit de l’aventure en France et parte à la retraite sur un sacre européen. Avec en prime, le but de la victoire en finale ?

 

Baromètre Parlons SportsIslande  ★ ☆☆☆☆☆

La prochaine étape du Tour d’Euro Parlons Sports : La République Tchèque

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here