Cher Tony,

Je t’écris en ce jour, en ce lendemain de défaite, dure défaite contre nos ennemis de toujours : l’Espagne. Ah, ces sacrés espagnols qui sont toujours là au rendez-vous, nos meilleurs ennemis.

Cet EuroBasket en France devait être le tien. Celui de l’apogée, celui du doublé. Tu voulais tellement bien faire dans cette compétition qui se jouait à la maison que tu as certainement été un peu pris par l’événement. Tu es notre meilleur joueur, notre leader. Tu sais, des Tony Parker, nous n’en avons eu qu’un et nous n’en auront qu’un seul.

Seulement, à 33 ans, il paraît logique que l’accumulation des matchs te fatigue, te rende un peu nerveux. Mais sache que tu resteras toujours le chouchou des français. Alors oui, certains te fracassent déjà dans les médias, sur les réseaux sociaux. Fais en abstraction. Nous sommes fiers de toi.

Fiers de ton implication avec l’Equipe de France, tout d’abord. Oui, cela paraît dingue, mais certains des meilleurs sportifs français font parfois (ou toujours) l’impasse sur le maillot tricolore. Toi, non. Tu as toujours été là. Tu as toujours tout donné pour les Bleus. En prouve ton implication et ta disponibilité au niveau des jeunes. Tu as toujours tout donné à la France, toi qui n’y est même pas né. Tu es un exemple pour tous les jeunes joueurs qui rêvent un jour, d’être comme Tony Parker. Et puis, quels souvenirs tu nous as déjà laissé ! En 2013 l’apogée en Bleu, toi qui a toujours voulu gagner un titre avec tes potes de l’Equipe de France, les Diaw, Pietrus et j’en passe. Tous les amoureux du sport se souviendront de tes mots, de ton discours à la mi-temps de la demi-finale, contre l’Espagne. Finalement, vous ramenez l’or à Paris.

N’oublions pas également les records que tu as en NBA. Tu es le plus grand joueur français de l’Histoire du basket, et peut être même du sport français en général. Plus de 1000 matchs en NBA. Après ça tu disais « Quand on ajoute les matches de play-offs et tous les étés passés avec l’équipe de France, cela fait beaucoup de basket, mais c’est à la fin de ma carrière que je regarderai tout ce que j’ai accompli et que je pourrai être fier ». De plus, tu es même devant Michael Jordan au classement des passeurs. La classe. Sans oublier tes quatre titres NBA en 2003, 2005, 2007 et 2014 , MVP des finales NBA en 2007 et 6 fois dans le All-Stars NBA. Rien que ça.

Alors, je te dis merci. Merci pour tout. Les bons moments que tu nous as fait passer resteront. Comme le disait ton copain Nico Batum « Il ne faut pas chercher de remplaçant à Tony Parker, il n’y en aura pas ».

Et l’aventure n’est pas finie, loin de là. Il y a une médaille de bronze à aller chercher encore dans ce Championnat d’Europe en France. Une consolation. Et puis le tournoi qualificatif pour les JO de Rio 2016. Partir sur une médaille au Brésil l’année prochaine forgerait un peu plus la Légende Parker. La France sera derrière toi et ta bande.

Merci Tony.