Joyon Palmer n’est pas du genre a s’exprimer dans les médias sur les différents sujets qui font l’actualité de la formule 1, mais certains de ces sujets lui tiennent à coeur. 

Jolyon Palmer

Parmi ces sujets, il y a les qualifications et l’attitude des top team lors de ces séances qui répartissent les pilotes sur la grille de départ le dimanche.

Dans son viseur, un exemple concret survenu ce samedi à Bakou : l’agressivité d’Hamilton lors de la Q1. Palmer n’est pas de ceux qui restent longtemps en qualification. Il n’a pas encore le rythme pour atteindre la Q2, hors, lors de la Q1, certains pilotes comme Hamilton commettent des erreurs qui provoquent des drapeaux jaunes. Les pilotes sont obligés de ralentir.

C’est très frustrant parce qu’il a le rythme pour réussir la Q1 directement et il cause des drapeaux jaunes qui ruinent nos chances, nous qui essayons de pousser au maximum pour réaliser le meilleur temps possible“.

Pour ces top teams, la Q1 est comme un entrainement. Mais pour nous, c’est notre seul session lors des qualifications. S’ils prennent trop de risques inutile et provoquent des drapeaux jaune, cela ruine nos chances“.

Ils peuvent rouler une seconde moins vite en Q1, cela ne les empêchera pas d’accéder à la session suivante. On ne verrait ainsi pas ces erreurs qui nous pénalisent“.