Si Ferrari a semblé un temps la plus capable de battre les Mercedes, les résultats sont désormais en berne, l’écart avec Mercedes sur l’exercice d’un tour qualif grossit et même les Red Bull ont su exploiter les rares échecs de l’écurie Allemande pour s’imposer en Grand Prix ; c’était en Espagne et en Malaisie. 

le-finlandais-kimi-raikkonen-ferrari-lors-des-essais-d-avant-saison-de-barcelone-le-25-fevrier-2016-1_5542763

Une Scuderia Ferrari pleine d’espoirs en février dernier lors des essais hivernaux Crédit : XPB Images

Les résultats de Ferrari sont décevant depuis quelques Grand Prix. A défaut de rivaliser avec les Mercedes pour le titre mondial constructeur, l’écurie emmenée par Sebastian Vettel devait au moins assurer la place de vice-championne du monde. Mais depuis le Grand Prix d’Allemagne, Red Bull a pris les devant et parvient a augmenter son avance.
Vettel commence même a subir le feu des critiques de la presse italienne intraitable. Son pilotage s’en ressent, il faut voir l’accrochage qu’il a provoqué avec Nico Rosberg en Malaisie. Des erreurs quasi inexistantes chez l’allemand auparavant. Preuve qu’un malaise couve.

Pour expliquer ces revers, Luca Baldisserri, ex-directeur technique de la Scuderia avance un argument : la peur. Il reproche a Sergio Marchionne et Maurizio Arrivabene de ne pas avoir la culture de la course. Conséquence : “Ils ne forment plus une équipe, mais un groupe de gens effrayés. Il y a un climat de peur. Les gars ne prennent pas de risques, de peur d’être virés honteusement”.

Il prend l’exemple de James Allison qui a été remercié cet été. Cette éviction a conduit a une restructuration que Baldisserri juge peu efficace. “La chaîne de commande en Formule 1 doit être plus verticale : elle doit être militaire. Les numéros un sont là pour montrer la voie, pour motiver le personnel, pour décider, et si vous faites une erreur, vous ne devriez pas être viré. C’est arrivé à Allison, une grande perte.” 

Enfin, s’il ne remet pas en cause les qualités de Mattia Binotto, successeur de James Allison, il s’interroge sur le fait de mettre un ingénieur motoriste qui ne pourra sans doute pas produire une bonne voiture car “il n’a pas une connaissance profonde du châssis, de l’aérodynamique ou de la partie mécanique”.