Depuis le départ surprise de Nico Rosberg de sa place de titulaire chez Mercedes, l’écurie se retrouve prise au dépourvu. Comment va-t-elle régler cet épisode auquel elle se serait bien passé. Pendant ce temps, le candidatures affluent. 

Qu’elles soient réalistes ou issues de l’esprit « tordu » des fans sur Twitter, de nombreuses possibilités de remplacement s’offrent à Mercedes. Elles sont soient très couteuses, soient irréalistes.

Parmi les pilotes issus du paddock, Mercedes voudrait un pilote d’expérience. Alonso, Vettel, Verstappen ou Ricciardo… Ils sont tous sous contrat. Alonso et Vettel sont engagés pour 2017 avec McLaren et Ferrari. Verstappen et Ricciardo, avec Red Bull au moins jusqu’à 2018.

Evidement, un contrat en Formule 1 peut se casser, mais cela revient a mettre la main au porte monnaie, et l’addition serait douloureuse dans tous les cas.

Mercedes a quelques pilotes talentueux dans son programme de jeune pilotes me direz-vous. Oui, mais ils sont beaucoup trop jeunes, pas assez expérimentés. Il ne faudrait pas que la pression d’une top team ne les détruisent. Esteban Ocon vient d’être placé chez Force India, cette option est donc impossible. Toto Wolff l’a lui-même exclue. Pascal Wehrlein n’est pas encore concrètement reconduit chez Manor, ainsi, le timing est parfait. Il est vrai que Mercedes voudrait se lancer dans un plan à long terme, mais le risque de placer un jeune pilote qui pourrait échouer à confirmer, dans un costume trop grand pour lui serait un vrai échec pour Mercedes qui doit être crédible vis-a-vis de ses jeunes recrues.

Après, il reste tous les autres. Certains sont beaucoup moins cher et tout aussi talentueux comme Magnussen, Grosjean, Perez… Mais de là à les propulser dans le grand bain de l’écurie mère n’est pas simple. Il s’agit de fournir un travail important de développement avec les nouvelles règles, les nouveaux pneus. Il s’agit aussi de tenir la comparaison avec Lewis Hamilton et conserver le titre constructeur. Des objectifs très difficiles à confier à un pilote « étranger » si le management de Mercedes n’est pas intimement convaincu qu’il fera l’affaire.

Et comment confier la flèche d’argent à un pilote issu d’une autre discipline qui n’a jamais fait de F1 ? Il ne faut pas oublier l’aspect commercial que se livre Mercedes qui est un grand constructeur mondial. Il ne vont pas aller débaucher un pilote Porsche ou Audi en Endurance qui sont des rivaux de Mercedes sur le segment des supercars de série.

De tout ce « bazar », un seul pilote pourrait émerger : Valtteri Bottas, 27 ans. Le finlandais est pilote chez Williams. L’écurie a été dirigée auparavant par Toto Wolff lui-même. Sa carrière est gérée par Toto Wolff. Argument de poids pour le Finlandais, il court en tant que titulaire depuis 2013, soit quatre ans. Il a réussi monter neuf fois sur le podium. Enfin, il a réussi une étonnante 3ème place en qualifications au Canada en 2013 alors que la FW35 n’était pas un foudre de guerre.

Rosberg sur le podium

Rosberg sur le podium. Bottas prêt à bondir ? 

Que fera Mercedes ? Le management entend prendre le temps nécéssaire pour faire le bon choix. Nous, nous faisons le pari.