L’expression de toute une jeunesse à travers la boxe éducative

Samedi dernier, « les petits princes des rings » sont sortis grandis de cet événement organisé par l’Amicale de Boxe Olympique épaulée des responsables de la boxe éducative du Val de Marne au gymnase Pierre-Périquoi de Fresnes.

Dans une ambiance des plus familiales, cette soirée s’est ouverte par une chorégraphie sur le ring de la troupe Urban talent. On y a vu dans cette séquence, l’essence même de la boxe à savoir celle qui attrait aux déplacements sur le ring des boxeurs qui touchent sans se faire toucher. Que l’on soit en boxe éducative, amateur ou professionnelle, il faut que cela reste avant tout un spectacle conjugué à la performance sportive.

Après la danse, il a été fait place à la musique avec l’orchestre de Fresnes dirigé par madame Esposito Demeulnaere venu spécialement pour assurer l’entrée de chaque boxeur. Véritable nouveauté pour ces jeunes qui n’ont jamais connu  cette sensation de rentrer en musique sur un ring en hauteur.

De plus, la présence d’un speaker en costume et micro en main les ont plongés dans les conditions réelles d’un combat malgré leurs jeunes âges. Après avoir goûté à cette nouveauté, ils ne pourront qu’en redemander. L’envie de se surpasser leur a été ainsi inculquée par ces aspects à la fois matériel et humain.

Les assauts éducatifs aussi bien masculin que féminin se sont succédés les uns après les autres.Les jeunes boxeurs ont su allier leur technicité à leurs déplacements pour appliquer au mieux l’essence même de la boxe éducative, toucher l’adversaire sans appuyer les coups.

A chaque fin d’assaut, les boxeurs se sont vu remettre une récompense de la main d’anciens boxeurs professionnels ou de personnes du monde de la boxe.

Mamadou Thiam, ancien boxeur professionnel (49-11, 46 K.-O) remettant les récompenses.

La soirée s’est clôturée par une démonstration de boxe entre l’organisateur de l’événement, Azedine « Le Phoenix » Djerrari, et son élève Badara. En plus d’avoir monté l’événement consacré exclusivement à la jeunesse avec l’aide de son élève Tony, il s’est prouvé du haut de ses 47ans qu’il était capable de remettre les gants après une perte de 18 kilos. Un vrai message envoyé à une jeunesse actuelle pleine de projets mais qui ne se donne pas les moyens pour les concrétiser en tournant la page trop rapidement. Pour Frédéric Esther, ancien international français champion d’Europe en 1998 et parrain de l’événement, le retour à la concrétisation desdits projets passe par ce genre d’événements qui permet à la jeunesse de prendre conscience des efforts à produire pour boxer. Selon lui « la boxe c’est l’école de la vie », tout ce qu’il leur a été inculqué dans une salle de boxe peut être ensuite utilisé dans la vie de tous les jours.

Cet événement a été salué également par l’ancien international français Xavier Noël vice champion d’Europe qui en vingt-ans de boxe n’avait jamais vu une soirée entièrement consacrée à la jeunesse de la boxe éducative, malheureusement laissée de côté au profit de la boxe amateur et professionnelle.  Mamadou Diambeng, ancien boxeur professionnel également, a conclu en disant que cet événement était un réel bienfait pour la jeunesse, la ville mais également pour Azedine Djerrari qui s’est prouvé qu’en plus d’entraîner les jeunes, il pouvait les promouvoir par le biais d’une soirée.

De gauche à droite : Xavier Noel, Jeremy Denis, Frédéric Esther, Claude Quellec, Mamadou Thiam, Rachid Hallaf, Mamadou Diambeng, Azedine Djerrari