La saison 2017 de Formule 1 se courra à 20 concurrents. L’écurie Manor a été contrainte de déposer le bilan aujourd’hui.

Depuis son rachat par Stephen Fitzpatrick en 2014, les jours de l’ex-écurie Marussia semblaient de nouveaux assurés. Evidement, les budgets étaient serrés, les développements limités, mais l’écurie est parvenue à s’aligner sur les Grands Prix. Elle est même parvenue à glaner un point avec Pascal Wehrlein au Grand Prix d’Autriche dernier. Ce point précieux assurait à l’écurie britannique une place dans le top 10 final et une partie des revenues de la FOM, à savoir un bon petit 48 millions de dollars. Cette somme aurait pu faire la différence. Las, Sauber qui était dernière jusqu’à la 20 ème manche de la saison au Brésil a fini par inscrire les deux points de la neuvième place avec Felipe Nasr, juste suffisant pour chiper la 10ème place tant convoitée au classement constructeur.

L’écurie a été placée en redressement judiciaire au début du mois de janvier. FRP Advisory qui administrait l’écurie avait jusqu’à la fin du mois pour trouver un repreneur. Deux investisseurs potentiels s’étaient fait connaître la semaine dernière. L’un d’eux était le directeur de la firme KFC en Indonésie. L’autre est resté anonyme.

Aujourd’hui, aucun de ces deux repreneurs n’est parvenu à un accord. L’écurie Manor a été placée en cessation d’activité ce jour. Les employés feront l’objet d’un licenciement économique mardi, après la paye de janvier.

Voici un extrait du communiqué de FRP Advisory :

“Malheureusement, depuis la nomination des administrateurs, aucun investissement n’a été obtenu dans le temps imparti limité pour que le groupe continue sous sa forme actuelle.

“Sans structure opérationnelle ou financière viable en place pour maintenir la continuité du groupe, les administrateurs ont cessé les activités de JRSL et ont malheureusement dû renvoyer l’ensemble du personnel du travail aujourd’hui, vendredi 27 janvier.”

L’écurie a connu une histoire mouvementée. Lancée par Richard Bronson, PDG du groupe Virgin sous le nom de Virgin Racing en 2010, elle a été vendue une première fois fin 2011 à un milliardaire russe qui l’a rebaptisée Marussia. Cela a duré jusqu’à fin 2013 ou elle est devenue Manor-Marussia en 2014 sous l’impulsion de Stephen Fitzpatrick, propriétaire de Ovo Energy, un fournisseur d’électricité en Irlande. Si à cette époque l’écurie a pu être vendue, c’est grâce à la 9ème place de Jules Bianchi obtenue de haute lutte au Grand Prix de Monaco 2014. C’était déjà grâce à l’argent de la 10ème place au classement constructeur au détriment de Sauber. Elle est devenue pleinement Manor en 2015.

L’écurie s’était restructurée autour de Dave Ryan, ancien directeur technique de McLaren et Nicholas Tombazis, designer chez Ferrari et Pat Fry, ex-Ferrari lui aussi. Malgré ces recrutements et cette volonté de se battre en piste, c’est l’apport de capitaux qui aura fait défaut à la vaillante petite écurie.

Cette fois, la chaîne de rachats n’a pas fonctionné. C’est la fin de l’écurie qui aura vu émerger un autre français prometteur, Esteban Ocon en août dernier au Grand Prix de Belgique.