Un jour après une nouvelle qualification pour la finale de Coupe Davis, il est temps de dresser un bilan sur le week-end passé. Entre émotions, frustrations et tensions, ce week-end a été chargé. Mais le plus important a été fait, l’équipe de France est en finale de la compétition et y retrouvera la Belgique dans un lieu qui reste à déterminer. 


On ne pourra pas reprocher à la France d’avoir lâché la compétition. Sans véritable concurrence depuis le début, les bleus ont assuré l’essentiel en ralliant la finale. Avec des victoires sur la Japon, la Grande Bretagne et donc la Serbie, la France va devoir maintenant se préparer à jouer les Belges. Le ton devrait monter lors de cette finale, la Belgique menée par l’excellent David Goffin représente un danger bien supérieur à ce que la France a pu trouver cette année. En effet, le joueur le mieux classé que la France ait joué en 2017 a été Dan Evans (44e) en quart de finale… Contesté à cause de ce manque de compétitivité, force est de constater que les tricolores ont réussi un parcours plus que correct surtout quand on repense à toutes les polémiques que la nation a du supporter pendant cette année. De plus, lors d’une saison plus que compliqué pour les Français, il est remarquable de tenir en charge la coupe Davis.

Des tensions masquées ? 

Un rituel classique dans le clan tricolore, avant chaque rencontre de Coupe Davis ou Fed Cup, une polémique vient éclater à quelques jours du début de la rencontre. Là encore, quelques inquiétudes se sont faites remarquées. Outre le discours d’Henri Leconte il y a une semaine, des interrogations se posent à propos du capitaine. Discret, étrange voire stressé pendant le week-end, Yannick Noah a semblé être tendu avec ses joueurs. Vague et peu parlant lors du match de Tsonga, le tennis s’est demandé ce qu’il se passait entre les joueurs et le capitaine? Dans un ton assez habituel, le chef de file a voulu rassurer les médias et les fans lors de la conférence de presse.. Répondant à Gaël Monfils en pleine conférence et faisant comprendre que Richard Gasquet avait également laissé un appel, Noah a ensuite adressé à la presse : “Pas très soudé… Pas très bonne ambiance”. En effet, ces deux petites actions peuvent rassurer sur la cohésion du groupe. Bien qu’on ait pu douter de la volonté de Noah à continuer, l’ancien vainqueur de Roland Garros a tenté comme il le pouvait d’apaiser toutes les histoires. Néanmoins, le journal l’Equipe a rapporté des tensions ( réelles ) entre la FFT et l’équipe. Lors du dîner de gala pré-rencontre, un échange musclé entre Lucas Pouille et le président de la FFT a été entendu… Essayant d’attirer l’attention de son joueur, le président déclarait : “On ne dit plus bonjour Lucas?”… Surement blessé par certains propos, Pouille se serait retourné pour rétorquer : “Si, on dit bonjour et au revoir”… L’ambiance règne.

Ces frictions entre la FFT et les joueurs pourraient donc être la cause du “mal-être” de Noah ce week-end. Blessé par tout ça, le capitaine n’a pas voulu rajouter de stress supplémentaire à ses joueurs qu’il soutient de tout son cœur. Dans un entretien accordé à Ouest-France, Noah s’est exprimé là dessus : “Il y a des tensions avec les joueurs et moi je protège mes joueurs. Quand un mec arrive sur une grande scène, un Central, il doit être léger, frais dans sa tête, sans sentiments parasites, négatifs. Et certainement pas s’ils viennent de proches. Or, la Fédération, elle est proche. Quand Federer et Nadal entrent sur le court, ils ne pensent qu’à bien jouer. Ce n’est pas le rôle de la Fédération de venir polluer”.

Impossible de dire qui à tord ou raison, mais encore une fois nous pouvons constater que l’ambiance n’est pas optimale. A quelques mois de la finale, les joueurs et leur capitaine vont se préparer comme il le faut pour aborder de la meilleure manière ce rendez-vous. Espérons qu’une victoire finale apaise toutes les tensions et qu’un rapprochement se fasse entre la FFT et les joueurs.