Après son élimination de l’Euro, la #TeamYavbou a débuté une nouvelle compétition ce mardi à Nagoya (Japon), la World Grand Champions Cup.


 

CP: FIVB

Nouvelle? C’est le mot pour qualifier cette compétition que les français disputent pour la première fois de leur histoire. Mais le début de cette compétition ne se sera pas vraiment passé comme prévu pour les protégés de Laurent Tillie. Alors qu’ils avaient été battre le Brésil chez eux, en finale de la Ligue Mondiale, Toniutti et les siens se sont inclinés en ouverture de compétition face à cette même équipe (0-3).

Des regrets? Il peut y en avoir tant les deux premiers sets ont été disputé par les deux équipes et que les français ont laisser trop de point à l’adversaire notamment aux services.

Sans Ngapeth, ni même Le Roux et Grebennikov (légèrement blessé), c’est un six de départ peu habituel qui a été affiché par Laurent Tillie. En effet, si Kévin Tillie a pris le poste de libéro, ce sont Toniutti, Clevenot, Lyneel, Chinenyeze, Le Goff et Boyer qui ont tout tenté face au Brésil, champion olympique en titre. Malgré de belles phases de jeu, un jeu de service intéressant malgré certains échecs qui ont pu coûté cher, les bleus n’ont pas réussi à imposer leur jeu face aux coéquipiers du passeur Bruno.

Désormais les hommes de Laurent Tillie, doivent se projeter sur le prochain match, celui de mercredi face au Japon, pays hôte de la compétition. Avec plus de constance et moins de fautes directes, les Bleus peuvent espérer faire bien mieux et imposer son jeu, comme lors des compétitions précédentes. Il sera aussi l’occasion pour la France de retrouver l’ancien sélectionneur Philippe Blain qui officie au Japon en tant qu’entraîneur adjoint.

CP: FIVB

Benjamin Toniutti – “On est forcément déçus du résultat, mais on a quand même vu de bonnes choses : on s’est battus, on a retrouvé un peu l’agressivité qui nous manquait au Championnat d’Europe. Mais on sent qu’on est encore en manque de confiance, c’est pour ça que nous perdons ces deux premiers sets très serrés, avec trop de fautes sur les fins de set. Il faut qu’on continue à trouver ce plaisir de jouer, car c’est ça qui nous anime et nous permet de bien jouer, il faut continuer comme ça pour la suite de la compétition.”

Laurent  Tillie –“Il y a eu de la concentration, de la qualité au bloc, dans le jeu, en défense, mais jouer contre le Brésil, c’est toujours très compliqué, car c’est toujours la meilleure équipe au monde. Mais j’ai beaucoup apprécié ce que mes jeunes joueurs ont montré sur le terrain et on doit partir de ce match-là pour gagner en confiance et continuer sur cette voie. Le Japon est une équipe toujours très difficile à jouer car très technique, avec un jeu très rapide et des grandes qualités de défense. C’est un jeu vraiment difficile pour nous.”

 


Pour suivre l’actualité du volley-ball: 100% volley-ball français