Parlons Sports est allé à la rencontre de Marion Rolland, ancienne skieuse et championne du monde de descente en 2013.


Marion Rolland a acceptée de répondre à nos questions, elle est âgée de 34 ans et originaire des 2 Alpes (38).

« Je suis montée sur des skis dès que j’ai su marcher »

Née d’un père pisteur et d’une mère monitrice de ski, Marion a grandi dans les stations de ski. Le choix de ce sport n’était donc qu’une évidence.

A l’âge de 17 ans, Marion intègre l’Équipe de France de Ski (en 1999). Elle débute son ascension folle aux JO de la Jeunesse qui avaient lieu en Slovaquie : une médaille d’or en Super-G, une en argent en Géant ainsi que le bronze en Slalom… De quoi faire de la jeune Iséroise une des skieuses les plus prometteuses de sa génération.

Au fil des saisons, la jeune skieuse fait ses marques et se fait un nom en devenant championne de France de descente à 4 reprises (2005, 2008 et 2012 et 2013).

Cependant sa carrière est marquée de blessures… Toutes ont été aux ligaments croisés aux genoux (2007, 2010, 2013, 2015).

Après sa terrible blessure aux Jeux Olympiques de Vancouver en 2010, Marion montrera sa force mentale en revenant au sommet du ski mondial en 2012 : 2ème en descente et 3ème en Super-G.

L’apothéose de sa carrière arrivera en 2013 en Autriche sur les pistes de Schladming.

Marion est sacrée Championne du Monde de descente !

Pourtant trois jours avant la descente, les françaises avaient enchainées les mauvais temps sur le Super-G, mais l’objectif de Marion était la descente.

« Cette journée s’est déroulée parfaitement bien du début à la fin ! »

« Ce jour-là je me suis réveillée reposée et sûre de moi, la piste me convenait, la météo était bonne et du coup il y avait peu de risque qu’il y ait des arrêts de courses comme pour le super-G ». Un échauffement qui se déroulait extrêmement bien. « Les choses étaient en place ». En tirant le dossard 22 Marion passait à la fin du groupe des “favorites”. « Je n’avais plus qu’à rester dans ma course et à tout lâcher dès le passage du portillon de départ »

Le plus dur à faire restait de détrôner l’italienne Nadia Fanchini en tête depuis le début de la course… Marion le fera pour 16 centièmes de seconde.

« Je n’ai pas trop de souvenirs pendant la course mais je me suis sentie sur le fil, ce qui est souvent une bonne chose pour le résultat ! ».

Son plus beau souvenir restera la Marseillaise sur le podium de Schladming cette même année.

« Après tellement de sacrifices, de temps passé en entrainements, de blessures… »

Son attitude sur le podium, son sourire, ses larmes font de ce moment, un moment unique. En effet, « avoir rêvé d’une médaille d’or et finalement la décrocher c’est le plus beau des cadeaux ».

Mais les vieux démons de Marion frapperont une nouvelle fois à la fin de la saison 2013 avec une nouvelle blessure aux ligaments lors du stage de préparation au Chili qui l’empêcha de participer aux JO de Sotchi en 2014.

Elle mettra finalement un terme à sa carrière en janvier 2015, à Cortina (Italie) à la suite d’une 4ème blessure aux ligaments croisés.

« Quand la compétition s’est arrêtée, c’est presque 20 ans de ma vie qui s’arrêtent en même temps ! »

Pour démarrer sa nouvelle vie Marion aura de nouveau de nombreuses semaines de rééducation… A ce moment « c’est devenu plus dur à gérer, je ne savais pas ce que je voulais faire, j’étais perdue, sans objectifs ».

Une fois soignée « Il a fallu trouver de nouveaux objectifs, aller frapper aux portes, ce n’était pas facile à faire pour moi ! ». La reconversion est en cours pour Marion qui réalise actuellement une licence professionnelle au sein de Centre d’Education pour Sportifs Nationaux et Internationaux (CESNI) en Savoie en collaboration avec son ancien partenaire Rossignol. Son but principal étant bien entendu de « travailler dans le monde du sport et continuer à skier le plus longtemps possible ».

Parlons Sports tient à remercier chaleureusement Marion d’avoir répondu à nos questions.

Crédit photos : http://www.marionrolland.com