On y est ! Attendu impatiemment tous les ans il est enfin l’heure du légendaire Masters qui réuni les huit meilleurs joueurs de la saison. Après une lutte sans merci, nous connaissons désormais les huit protagonistes qui vont se battre pour décrocher le dernier titre de l’année !


Dès dimanche, les acteurs vont entrer sur la scène et fouler le sol de la splendide O2 Arena de Londres. Cette année, la bataille pour se qualifier s’est jouée jusqu’au bout avec la qualification in extremis de Jack Sock et son titre inespéré à Bercy. Néanmoins, un fait particulier est présent pour cette édition 2017. Six des huit participants de la saison précédente ne seront pas à Londres pour défendre leurs points cette année. En effet, Dominic Thiem et Marin Cilic sont les uniques rescapés.

Analyse des groupes : 

Groupe Pete Sampras : Rafael Nadal, Grigor Dimitrov, Dominic Thiem et David Goffin 

Depuis l’année dernière, les groupes du Masters sont nommés à partir des noms d’anciennes légendes du tennis. Pete Sampras, quintuple vainqueur du tournoi, se voit être l’effigie du groupe du numéro un mondial.

Le monde du tennis était inquiet, Rafael Nadal, forfait à Bâle et à Bercy avait émis des doutes quant à sa participation au Masters. Blessé au genou droit depuis un mois, le numéro un mondial a tout de même voulu participer au tournoi des maîtres. Sûrement pas à 100% physiquement, l’Espagnol va essayer de jouer le coup à fond pour tenter de remporter un des rares tournois qui manque à son palmarès. Toutefois, son groupe ressemble un petit peu à celui des éclopés. Entre les blessures et la fatigue, les joueurs de ce groupe Sampras ne sont pas au top de leur forme.

En effet, l’Autrichien Dominic Thiem est un peu à l’arrêt depuis la fin de l’US Open, en manque de résultats concret, il est difficile de se faire une idée sur sa forme physique et tennistique. Mais, bien que sa saison sur terre ait été excellente, son année sur surface dure est bien plus compliquée. N’ayant battu aucun top 10 sur dur, sa victoire la plus significative est une victoire sur Monfils à Indian Wells, alors numéro 11 mondial.

Du côté de David Goffin, on a beaucoup joué ces derniers temps, et même si certains résultats ont été satisfaisants avec des titres à Tokyo et à Shenzhen, on ne cache pas la fatigue du côté Belge. Son coach, Van Cleemput l’a même avoué après sa défaite à Bercy : “Il est cuit”. Avec une finale de Coupe Davis qui suit, Goffin va devoir trouver ses priorités mais si le Belge a bien récupéré, il constitue un danger majeur pour l’ensemble du groupe.

Dernier membre du groupe, c’est le Bulgare, Grigor Dimitrov qui va connaître sa première participation au tournoi des maîtres. Peut être un peu plus frais physiquement que ses adversaires, la surprise pourrait venir de lui. Ayant effectué la plus belle saison de sa carrière, le vainqueur de Cincinnati pourrait couronner le tout en effectuant une prestation de haute qualité au Masters. Toutefois, le Bulgare a toujours des problèmes face à Rafael Nadal. Ayant perdu 11 fois en 12 duels contre l’Espagnol, le Bulgare va devoir se surpasser pour décrocher enfin une seconde victoire face à lui. Avec un Nadal un peu diminué, Dimitrov peut une nouvelle fois croire en ses chances.

Prono de Parlons Sports pour les qualifiés du groupe : Rafael Nadal et Grigor Dimitrov 

Groupe Boris Becker : Roger Federer, Alexander Zverev, Marin Cilic et Jack Sock 

Triple vainqueur du tournoi et ancien coach de Novak Djokovic, c’est Allemand Boris Becker qui a le privilège d’avoir son nom sur le groupe.

C’est la poule qui va commencer la partie, dès dimanche, ces quatre joueurs seront en piste pour nous faire vivre un spectacle incroyable. Étant assez homogène, ce groupe pose de nombreuses questions.

Bien que Roger Federer soit l’immense favori, la bataille sera dure. En effet, le Suisse, sextuple vainqueur du tournoi se présente comme favori inconditionnel de sa poule. Réalisant une campagne 2017 presque parfaite, nul doute que le numéro deux mondial ait envie de finir en beauté. Etant très impressionnant en indoor chez lui à Bâle, les conditions de jeu de Londres vont être à peu près identiques et lui conviennent parfaitement. Néanmoins, ses adversaires seront différents. Deux petits nouveaux se sont ajoutés à la liste : l’impressionnant Zverev et la surprise Sock.

Pour Alexander Zverev, ce Masters est une évidence. Ayant figuré dans le top 5 à la race quasiment toute la saison, cette qualification est une consécration logique. Avec ses deux Masters 1000 en poche, le jeune loup Allemand a impressionné tout le monde cette saison. Mais, le Masters est différent, sous la pression le numéro trois mondial avait raté son US Open. Encore mal à l’aise dans les grands rendez-vous, ce Masters est l’occasion de se découvrir.

Autre petit nouveau, c’est Jack Sock. L’Américain a validé son billet au tout dernier moment et a dû retarder ses vacances. Vainqueur à Bercy, il surfe sur une vague de confiance inégalable. Pour son baptême du feu, le nouveau membre du top 10 va devoir faire face à Roger Federer… Sait-on jamais, avec la confiance accumulée il pourrait créer une énorme surprise dans cette poule et faire un peu le même parcours que Caroline Garcia chez les femmes. Vous savez tous qu’au tennis la confiance est très importante, si Sock est bien en jambes, il pourrait surprendre plus d’une personne.

Marin Cilic va jouer son troisième Masters en quatre ans. Membre bien installé du top 10, le Croate compte bien se rattraper après deux campagnes antérieures totalement loupées. Etant plutôt en forme sur cette fin de saison, le vainqueur de l’Us Open 2014 pourrait enfin saisir sa chance pour rejoindre le dernier carré.

Prono de Parlons Sports pour les qualifiés du groupe : Roger Federer et Jack Sock 

Encore une fois, le Masters va conclure de la plus belle des manières une année de tennis resplendissante. Marquée par le retour en grâce de Nadal et Federer, la campagne 2017 aura été un bon cru apprécié de tous. Finissant l’année numéro un et deux, l’Espagnol et le Suisse ont encore l’ambition de se retrouver en finale de ce tournoi des maîtres. Dans l’histoire, cela était déjà arrivé en 2010 avec à l’époque une victoire du Suisse. Cette saison, ce scénario est une nouvelle fois plus que probable mais la nouvelle génération grandit très vite et voir une finale inédite ne serait pas si surprenante. Une chose est sure, nous ne sommes pas au bout de nos peines et avant de faire un break, il faut profiter au maximum de ce dernier tournoi de l’année.