Fraîchement nommé directeur général du Tango Bourges Basket, Patrice Dumont a gentiment accepté de répondre à nos questions. Un entretien où il nous livre ses expériences à venir avec ce club mythique du basket féminin et bien plus…


Bonjour, pouvez-vous nous donner plus d’informations sur votre nomination ? Comment cela s’est fait ?

Je pense qu’il faudrait aussi poser la question à Pierre Fosset puisqu’il m’a passé un coup de téléphone pour savoir si ça m’intéressait d’occuper le poste de directeur général, qui était inexistant auparavant à Bourges car Pierre cumulait les deux fonctions, celle de président et de directeur général. Du coup ça s’est fait assez naturellement.

Par conséquent, vous arrêtez complètement le métier de journaliste et commentateur sportif pour vous consacrer à cette aventure ?

Oui bien sûr car directeur général c’est très clairement un boulot à plein temps.

Quel sera votre rôle au sein du club ?

Mon rôle c’est un rôle de directeur qui consiste à faire en sorte que le club fonctionne le mieux possible. Ce qui est certain c’est que Pierre a fait ça et l’a fait avec beaucoup d’efficacité et de réussite pendant 25 ans. Donc j’arrive avec pas mal d’humilité et de respect pour le travail qui a été effectué parce que c’est une vraie responsabilité. La première des missions ce sera d’accompagner Pierre et de marcher dans ses pas puisqu’il reste président et il va, doucement mais sûrement, me confier de plus en plus de missions et je découvrirai ça lundi. 

Comment vivez-vous cette expérience ?

Jusqu’à aujourd’hui j’étais journaliste et malgré tout je pense que quand on est journaliste on le reste. D’ailleurs, pour ceux qui s’en souviennent c’est aussi un métier qu’a pratiqué Pierre Fosset. Il se trouve que dans ma carrière j’ai aussi été directeur de la rédaction d’Eurosport France donc manager des équipes c’est quelque chose que j’ai fait et que j’aime faire. Là c’est une expérience intéressante car le Tango Bourges Basket est véritablement une équipe à taille humaine avec laquelle ça va être facile de travailler vite car là où est attendue Bourges c’est toujours la même chose : être au top comme elle le fait depuis des années. Donc le premier objectif qui reste en filigrane c’est le 14e titre de champion de France après lequel on cours pour devenir l’équipe la plus titrée de l’histoire du basket français. 

Un petit mot sur les performances de l’équipe tant en championnat qu’en Euroligue ?

Ce que j’ai à dire c’est que le calendrier en Euroligue est particulièrement compliqué et il y avait énormément de matchs à l’extérieur mais bon ça va s’équilibrer. Après c’est sûr qu’on peut avoir des regrets sur quelques matchs où c’est des très courtes défaites et notamment face à Prague qui est quand même pas n’importe qui. Pour l’instant, on va dire que Bouges est dans ses objectifs, c’est-à-dire que l’Euroligue commence avec un calendrier qui était pas très favorable, le championnat, à part un petit incident de parcours à Tarbes, se passe comme prévu.

Et pour finir qu’avez-vous à dire sur l’effectif du Tango Bourges Basket pour cette saison 2017/2018 ?

Même si c’est un avis extérieur, l’effectif est particulièrement prometteur avec de nombreuses internationales françaises, canadiennes, espagnoles… C’est un très bel effectif qui a l’air de très bien fonctionner grâce à une très belle complicité illustrée par la jeune génération et le duo Marine Johannes/Alexia Chartereau. Et je pense que c’est ce supplément de complicité cette année qui peut faire la différence.

Toute l’équipe de Parlons Sports souhaite une bonne saison à Patrice Dumont et de belles réussites dans ses projets !