Natif de Brive et passionné de cyclisme, Nicolas Caille fera partie de la prochaine aventure du Tour du Roannais 2018. Le speaker de 46 ans revient avec nous sur ses impressions, ses souvenirs et ses bons moments passés au sein du cyclisme français depuis 1999, entretien exclusif :


Nicolas au micro, l’an passé, pour la 33ème édition du Tour du Roannais

  • Comment est née votre passion pour le cyclisme ?

Nicolas Caille : “Elle est née très jeune. J’ai commencé avec quelques courses du côté de Brive. Mon oncle habitait dans le Vercors, j’ai donc fait mes armes sur quelques cols de la région autour de 14/15 ans. Il habitait aussi à 500 mètres de l’immense champion Mottet (entre autre 6 victoires sur 3 grands tours), ce qui a facilité mon intérêt pour ce sport.”

  • Vous vous imaginiez devenir speaker pour du cyclisme 

N.C : “Petit, je me voyais plus dans le journalisme. Malheureusement pour moi, mon prof de français de 3ème estimait que je n’écrivais ni ne parlais assez bien pour m’engager dans cette voie. Evidemment je rêvais d’être coureur, mais je n’avais pas assez de qualités pour réaliser ce rêve. Je me suis alors penché sur cette passion qu’est le speaking, et j’en suis ravi.”

  • Quel est pour vous, la plus belle course que vous ayez eu à commenter ?

N.C : “J’ai envie de dire beaucoup, car un grand nombre sont très bien organisées, et l’organisation est une condition essentielle au déroulement d’une bonne course. Mais j’ai eu l’occasion de commenter le Tour de l’Avenir, ou même le Tour d’Auvergne et tout comme le Tour du Roannais, c’est vraiment appréciable de commenter des courses avec une organisation aussi complète. Après, comme on dit souvent : ce sont les coureurs qui font la course.”

Retrouvez Nicolas en plein commentaires sur le Tour de la Tarentaise ci-dessus.

  • Avez-vous eu l’occasion de rencontrer de grands champions au fil de votre activité ?

N.C : “Oui, j’ai vu commencer Romain Bardet et j’ai même commenté sa dernière course chez les amateurs en 2011 (avant qu’il ne rejoigne AG2R). Mais évidemment c’est toujours gratifiant de voir que de nombreux coureurs que j’ai pu croiser sont devenus pros : notamment Julian Alaphilippe, qui est quelqu’un de vraiment abordable.”

  • Speaker au Tour de France, mirage ou un objectif réel à terme ?

N.C : “Si cela doit arriver, cela arrivera. Après, je pense que c’est déjà un peu trop tard pour moi. Il faut aussi souligner qu’il n’y a pas que le Tour dans une saison de cyclisme : d’autres courses, dont des courses amateurs sont vraiment sympas à commenter. Maintenant, le Tour ne se refuse pas, et cela reste évidemment un rêve.”

Un grand merci à Nicolas qui nous a accordé un peu de son temps et que vous pourrez évidemment retrouver les 1er,2 et 3 Juin prochains sur le Tour du Roannais !