Après une première semaine compliquée, cette deuxième semaine de tests sur le circuit de Catalunya a vu les records au tour tomber. Daniel Ricciardo avait commencer le show le 6ème jour en signant un 1:18.046 avec les pneus hyper-tendres, imité par Vettel le lendemain qui devient le recordman de ce circuit en 1:17.182 devant son équipier finlandais.


 

Preuve en est que la Ferrari est bien née, mais en sera t-il suffisant pour détrôner les flèches d’argent? Les Ferrari ont fait parler d’elles à leurs habitudes en se faisant remarquer en pré saison tandis que Mercedes se fond dans la masse en enchaînant des runs moins rapides mais constants ( 1040 tours au total ). Moins rapides puisque les allemands ont choisi de ne pas apporter le composé de pneumatiques le plus tendre de la gamme Pirelli à Barcelone. Leurs rivaux rouge, Ferrari, ont adopté une stratégie complémentent différente en se basant sur des relais plus courts. Attention toutefois à ne pas s’enflammer, Ferrari a signé les deux meilleures références hivernales avec Kimi Räikkönen qui échoue à seulement 39 millièmes du temps chronométré par son équipier Sebastian Vettel en mêmes gommes. Le finlandais reste prudent : “Ce fut une journée positive avec beaucoup de tours. Le feeling est bon, la nouvelle voiture est performante dans l’ensemble. Après, il y a toujours des choses à améliorer mais nous sommes très fiables. Nous verrons bien où nous serons à Melbourne.

Des tests trompeurs..

Les tests sont parfois trompeur, on a souvent vu la Scuderia arriver en haut de la feuille des temps en pré saison mais être loin au championnat. La raison? Le régime moteur, les quantités embarquées de carburant, la gestion des pneumatiques, etc. Des raisons qui floutent les écarts comme on peut voir la différence entre Mercedes et Ferrari qui pourraient une année de plus être dans des chronos similaires.

Des outsiders pour la victoire l’année passée, Red-Bull espère bien jouer les premiers rôles cette année à la régulière. Il faudra se méfier de cette écurie qui est toujours imprévisible.

Red-Bull qui veut jouer la gagne et McLaren concurrencer l’écurie autrichienne, aune chose est sûre Alonso est plutôt rassurant et espère bien positionner sa monoplace sur le podium. Son chrono qui reste encore incomparable aux autres monoplaces prouve tout de même qu’il y a du potentiel.

Mais qu’en ai t-il des français?

Pierre Gasly s’est illustré en positionnant sa Toro Rosso-Honda au troisième rang de la journée et au 7ème temps global à 1.181 secondes en hyper-tendres de la Ferrari devançant les Renault chaussées eux aussi de pneus hyper-tendres. Le chrono peut être satisfaisant mais la fiabilité de la Toro Rosso-Honda encore plus.

Esteban Ocon, tout souriant à son habitude est plutôt rassurant sur la fiabilité de la voiture : “Une fois de plus, nous avons vécu une journée très solide. La confiance règne avant Melbourne. Boucler plus de 160 tours au cours de la dernière journée est très positif, ce qui nous permet de conclure une semaine où nos prestations étaient très bonnes.” En espérant que la Force India soit performante et permette au jeune pilote de décrocher des places d’honneur.

 

Romain Grosjean avait de quoi avoir le moral lui aussi puisque sa Haas s’est montrée fiable en piste avec un nombre de tours impressionnant sur cette dernière journée (181 tours bouclés). “Je suis impatient de prendre le départ à Melbourne” déclare Romain Grosjean. Cette phrase conclu à merveille ses tests de prés saison en attendant l’ouverture du championnat..