Quelle étape exceptionnelle encore ! Pas un mètre de plat sur la route, pas non plus dans le scénario, qui a été explosif toute l’étape. Après de nombreux rebondissements, c’est Marc Soler qui remporte Paris – Nice, alors que David de la Cruz s’est adjugé la dernière étape.

Vous aviez vingt kilomètres pour vous installer dans votre canapé, car à partir de cet instant, la course est devenue complètement folle. Les leaders n’ont pas attendu longtemps pour secouer la course. A tel point qu’à 88km de l’arrivée, le peloton n’est plus composé que d’une grosse vingtaine d’unités. Ils sont 7 à réussir à prendre le large, mais 3 à résister à la pluie battante : Julian Alaphilippe (Quick Step), Omar Fraile et Jakob Fuglsang (Astana). Le dernier, victime d’une chute, laisse ses compagnons à l’avant.

Alors que les bosses s’enchainent, on retrouve quelques unités dans le peloton maillot jaune, désormais composé de 28 coureurs. Alaphilippe et Fraile bénéficient d’un avantage au-delà de la minute. Mais à 47km du but, le Français craque et laisse son adversaire partir seul. Rapidement, Marc Soler (Movistar) et David de la Cruz (Sky) sortent à leur tour, pour finalement rejoindre Fraile à l’avant. A 40km, on a donc un trio espagnol en tête.

Duel à distance pour le jaune

L’écart ne décolle pas, mais se maintient autour de la minute. Bien suffisant pour Soler qui n’accuse que 37 secondes de déficit au général (virtuellement 35 secondes grâce aux bonifications des sprints intermédiaires). La dernière montée, le Col des Quatre Chemins, mais surtout la dernière descente de 9km, vont être décisives. Rapidement, il n’y a plus d’équipiers et les hommes forts n’ont pas le temps de se regarder, car Soler, lui, roule à fond devant. Ion Izagirre (Bahrain) est le premier à attaquer, Simon Yates (Mitchelton Scott) prend la tête des opérations dans le petit groupe.

Mais rapidement, le Britannique montre des limites et perd les roues. Il préfère monter au train, maintenir l’écart autour des 10 secondes, sur un groupe composé des frères Izagirre (Bahrain), Tim Wellens (Lotto Soudal), Richard Carapaz (Movistar) et Dylan Teuns (BMC). Tout le monde bascule dans la descente, la gagne va se jouer à quelques secondes. Mais à 6km du but, les deux Izagirre s’accrochent et partent au sol. Yates en profite pour les reprendre. L’affrontement tourne donc en duel, Soler contre Yates. Dans l’échappée, au sprint, c’est David de la Cruz qui dispose de Fraile ! Marc Soler termine juste derrière… et on compte les secondes, dans l’attente de Yates

Top 10 de l’étape :

Finalement, Simon Yates termine à 35 secondes de Soler. Avec la bonification, c’est 4 secondes de trop. Marc Soler remporte Paris-Nice ! Le Britannique se contente donc de la 2eme place. Gorka Izagirre, qui a perdu tout espoir de victoire à cause de sa chute dans la descente, termine 3eme, à 14 secondes. A noter la 8eme place finale d’Alexis Vuillermoz (AG2R la Mondiale), à 1min54.

Le classement général final :

La victoire de de la Cruz en vidéo (résumé vidéo à venir) :

Marc Soler s’adjuge donc l’ultime maillot jaune de Paris – Nice. Du côté des autres maillots distinctifs, Tim Wellens remporte le maillot vert, Thomas de Gendt (Lotto Soudal) le maillot à pois, Marc Soler le maillot blanc et Bahrain termine meilleure équipe.