Le Grand Prix d’Azerbaïdjan aura tenu toute ses promesses. D’un départ mouvementé dans le peloton a une défense musclée de Max Vestappen qui a envoyé les deux Red Bull dans le décor. Vettel sort perdant de cet après-midi. 

Tout commence au départ. La succession de virages à 90° du premier secteur de ce circuit urbain est propice aux accrochages. Le premier perdant de cet après-midi est Esteban Ocon. Le Français bien qualifié 7ème a tenté une manoeuvre sur Raikkonen 6ème. Se rabattant sur le Finlandais, l’entremêlement était inévitable et c’est l’abandon pour Ocon. Derrière, Sirotkin, le pilote Williams se montre turbulent et est pris en sandwich entre Alonso à sa gauche et Hulkenberg sur sa droite. Les contacts sont inévitables. La Safety-car est de sortie.

La relance est parfaitement maitrisé par Vettel qui a attendu le tout dernier moment pour accélérer. A partir de là, la course commence et très vite, Vettel ne se fait pas prier pour prendre de l’avance et contrôler le rythme.

Les Renault se retrouvent bien placées, mêlées avec les Red Bull en bataille pour la 4ème place. Même Pierre Gasly parvient a hisser sa Toro Rosso 7ème alors qu’il partait 17ème sur la grille. Malheureusement pour le Français, la longue ligne droite de retour au premier virage fait défaut à sa voiture en manque de vitesse et se fait dépasser par Lance Stroll, Sergio Perez et même Charles Leclerc sur sa modeste Sauber.

Nouvel événement au 10ème tour, Nico Hulkenberg se sort tout seul en tapant le mur avec sa roue arrière gauche. Victime d’une crevaison, l’Allemand alors 6ème est parvenu à se garer hors de la piste, ne provoquant pas de nouvelle neutralisation.

Si Hamilton n’est pas parvenu à mettre de la température dans ses pneus pour réussir à recoller la Ferrari de Vettel, les Red Bull se rendent coups pour coups. Ricciardo tente une première manoeuvre sur Verstappen qui ne rattrape pas Bottas. Ce dernier se défend corps et âme et résiste à l’Australien.

Ricciardo doit passer par les stands pour se débarrasser de son coéquipier. Verstappen imite Ricciardo qui avec une mauvaise mise en température des gommes ultra tendres voit Verstappen ressortir des stands juste devant. Simon Rennie, l’ingénieur de piste de Ricciardo annonçait que son pilote allait devoir y retourner face à Verstappen. Devinait-il l’issue fatale qui allait se passer pour Red Bull ?

Ricciardo retente sa chance. Il prend parfaitement l’aspiration sur Verstappen qui lui procure un différentiel de vitesse de pointe de 20km/h. Seulement, Verstappen est connu pour ses défenses ultra agressives en se dédoublant sur les zones de freinage, fermant les portes sans ménagement. La FIA n’avait jamais pénalisé ces manœuvres.

Ricciardo arrive sur Verstappen avec beaucoup de vitesse, choisit sa ligne, à l’intérieur du premier virage au 40ème tour. Verstappen zigzag, finit pas fermer la porte à la dernière seconde. A cette vitesse, Ricciardo a beau essayer de freiner mais c’est trop tard et les deux Red Bull se percutent et terminent leur course dans l’échappatoire du premier virage.

La ligne droite de départ est juchée de débris. La direction de course doit faire intervenir une nouvelle fois la Safety-car pour permettre aux commissaires de nettoyer la piste.

Hamilton, Vettel, Raikkonen, Bottas ainsi que Leclerc, Alonso et Grosjean en profitent pour chausser des pneus ultra tendres. Les pilotes sont pressés que la Safety-Car soit rappelée au stands. Il reste alors moins de dix tours et les difficultés sur ce circuit pour chauffer les pneus rendent le restart risqué.

Risqué, Romain Grosjean en fera l’amère expérience puisque que le Français qui était alors remonté à une très belle 6ème place perd le contrôle de sa voiture et va taper le mur au niveau de la vieille ville. Romain a connu des qualifications très difficiles hier. Il n’a pas réussi a conclure le monde tour chronométré et a été repêché par la direction de coure pour prendre part à la course. Il s’élançait dernier. Des point inespérés se sont encore envolés pour le Français en cruel manque de réussite depuis le début de la saison.

A la relance, le top 10 est le suivant Bottas, Vettel, Hamilton, Raikkonen, Perez, Leclerc, Sainz, Stroll, Alonso et Hartley. La relance intervient trois tours avant la fin de la course mais c’est un nouveau Grand Prix qui commence avec des opportunités de dépassements. Vettel tente sa chance sur Bottas pour récupérer la tête de la course mais rate son freinage et est contraint de tirer tout droit. Il se retrouve alors 4ème. Bottas croit tenir sa victoire mais roule sur un débris et crève une roue arrière. Dépassé par le peloton, incapable de terminer, il est contraint à l’abandon.

C’est donc Lewis Hamilton qui parvient à s’imposer après près de deux heures de course. Il devance Raikkonen, Perez, Vettel, Sainz et Leclerc qui inscrit de gros points pour Sauber.