Récemment champions d’Auvergne Rhône-Alpes, les Black Hornets du Coteau ont réalisé une saison presque parfaite avec quatre victoires et seulement une défaite. Petit zoom sur trois joueurs qui ont largement contribué au titre des Ligériens. 


 

Le receveur star de la finale

Mickael Fournier est le joueur qui a été élu MVP de la finale du championnat par les arbitres de la rencontre. Le receveur de 27 ans évolue chez les Black Hornets depuis quatre saisons. Anciennement basketteur, cela lui a servi pour performer au poste de receveur. Position que ce natif du Coteau apprécie particulièrement sur le terrain : “C’est très complet comme poste ! Je peux aussi bien faire un tracé pour une passe, mais aussi courir directement avec le ballon ou encore bloquer un adversaire” explique-t-il.

Le numéro 2 des Black Hornets (jour de naissance de son père) apprécie les tracés longs, les feintes et les changements d’angles qui lui permettent de jouer avec les appuis de ses adversaires directs. Mickael Fournier a notamment réussi à se défaire de son corner back en finale pour réaliser un catch décisif par dessus son épaule dans la end zone.

Pour lui, le moment décisif dans la saison des Black Hornets a été la première victoire en présaison, il s’explique : “On a gagné contre les Servals de Clermont, une équipe de division 3, une de plus que nous. Malgré un effectif réduit on a réussi à s’imposer, je pense que c’était le premier signe de notre bonne saison à venir!”

 

Le rookie en réussite

Merveille Mputu est un rookie chez les Black Hornets. Il s’agit de sa première saison au sein de l’équipe du Coteau mais également de sa première saison de football américain. Originaire du Péage-de-Roussillon dans l’Isère, il est entré à la faculté de Roanne en septembre dernier. Ancien athlète spécialisé dans le sprint, c’est tout naturellement qu’il s’est dirigé vers un poste de running back. au cours de la saison il a inscrit dix touchdowns pour son équipe. Touché par l’histoire du personnage principal du manga basé sur le football américain, Eyeshield 21, il a décidé de prendre le même numéro pour son maillot.

Même si Merveille Mputu apprécie particulièrement courir avec le ballon et esquiver ses adversaires, son jeu favoris est un jeu de passe : “J’aime faire une banane sur la droite ou la gauche. Je suis souvent seul et je peux donc pleinement exploiter ma vitesse une fois le ballon en main” révèle-t-il.

Pour le rookie de 19 ans, le moment décisif du titre des Black Hornets aura été le match retour de saison régulière contre les Avalanches d’Annecy, leurs adversaires en finale. “On avait perdu le match aller chez eux, on voulait donc prendre notre revanche et c’est ce qu’on a fait. C’est grâce à ce match qu’on a pu recevoir en finale et on a vu qu’on était largement capable de les battre” lâche Merveille Mputu.

 

Le capitaine défensif

Benoît Laville pratique le football américain depuis huit ans. Il est arrivé au club du Coteau il y a quatre ans en provenance des Condors de Saint-Etienne, en compagnie de Michel Madec, le coach des Black Hornets.

A 31 ans, ce linebacker est également le capitaine défensif de la formation ligérienne. “En tant que LB je me considère comme un empêcheur de tourner en rond, je fais partie de la deuxième lame de la défense, mon rôle est d’empêcher les joueurs adverses d’être libres dans les espaces. En tant que capitaine mon rôle est de m’assurer que chaque joueur va faire son travail, je leur fait comprendre qu’ils ne pourront pas être héroïque sur chaque action mais c’est en faisant son travail que la tactique défensive gagne son duel contre l’attaque adverse. C’est un rôle un peu ingrat d’être défenseur au foot us, mais c’est toujours grâce à la défense qu’une équipe reste dans le match” explique-t-il.

Pour lui, le moment décisif de la saison pour les Black Hornets n’a pas eu lieu sur le terrain mais en “coulisse”. Il raconte : “Lorsque Fabien Brossat a reprit le club en tant que président l’an dernier, il a su nous parler. Ce qu’il nous a proposé nous a plu et de là chacun s’est donné à 100%, on est devenu une vraie fratrie, et ça a fait la différence avec les autres équipes du championnat.”