Michael Ribbes, originaire de Saint-Etienne, est âgé de 38ans. Il est actuellement l’entraineur adjoint des U19 de l’AS Saint-Priest. Après le parcours incroyable cette saison en Coupe Gambardella de ses petits protégés, il a gentiment accepté de répondre aux questions de Parlons Sports.

Coach depuis une vingtaine de saison, il a un parcours plutôt riche. Dans un premier temps, il se forge avec les différentes équipes de jeunes de clubs comme Côte Chaude, l’Olympique Saint-Etienne ou encore la Talaudière. Il franchit le cap des séniors au niveau de la HR (ou actuellement R2) avec les clubs de Savigneux-Montbrison et La Fouillouse. En 2015, il rejoint le club de Mérignac et se verra confier les U17Nationaux.

Pour se rapprocher de sa famille et mais aussi pour retrouver la région qui, pour lui, et la meilleure footballistiquement parlant, il rejoint en novembre 2017 le club de l’AS Saint-Priest afin de devenir l’adjoint de Lionel Bah en U19. « L’AS Saint-Priest est le meilleur club formateur de Rhône-Alpes, je n’ai donc pas hésité à rejoindre le club ». D’autant plus que cette place d’adjoint était pour épauler Lionel Bah, ancien footballeur professionnel passé notamment par Guingamp ou Reims.

Lionel Bah et Michael Ribbes

A son arrivée, l’AS Saint-Priest avait déjà fait quelques faux-pas en championnat de U19Honneur (Régional 1) compromettant une éventuelle montée en U19 National (les règlements fédéraux sont très discriminants pour les Ligue fortes). « Le challenge était donc porté sur la Coupe Gambardella et finir le plus haut possible en championnat ». Club ayant formé de grands joueurs comme Nabil Fékir, Bouna Sarr ou de nombreux joueurs évoluant actuellement en Ligue 2, l’un des objectifs du club était aussi de « former et accompagner la majorité des joueurs pour évoluer au plus haut niveau (N2 avec l’ASSP) ou à trouver une structure professionnelle ».

Éliminés en 8ede finale de la Coupe Gambardella face à l’Olympique de Marseille, l’AS Saint-Priest aura connu un parcours riche en émotions. Retour sur cette aventure.

Au 3etour, les Sang Et Or éliminent un club de D2 Drôme-Ardèche, le FC Crest Aoust, plutôt facilement (7-1), lors du tour suivant c’est l’US Annecy-Le-Vieux (R2) qui sortira sur une victoire 2-1 de Saint-Priest. Le premier gros choc sera lors du 5etour face à l’AS Lyon Duchère, pour un Derby comme souvent électrique entre ses 2 clubs. Mais l’ASSP s’impose sans contestations 4-1. « Avoir éliminé la Duchère fut le déclic et l’élément moteur qui à donner faim à l’ensemble de la structure et des joueurs ».

Au 6etour Saint-Priest élimine le FC Limonest (D1, score 3-1). Au 7etour l’ASSP affronte et bat le FC Montceau, club évoluant en U19National (score 3-1) avant un déplacement à Metz lors du tour suivant, victoire 8-0 face à l’APM. « Je sentais le club très proche de l’équipe afin qu’elle aille le plus loin possible dans la compétition, l’engouement était donc maximal. »

En 32ede finale, l’ASSP allait affronter le Paris FC. « Le PFC représentait une grosse pointure en U19National, j’ai vu les joueurs très déterminés lors de cette semaine qui leur permettait de réaliser un exploit dans cette superbe aventure. Pour notre part, le staff s’est préparé en gardant la même organisation que lors des tours précédents en y mettant les ingrédients indispensables pour réussir (travail, rigueur, détermination et croire en soi). Il fallait garder les pieds sur terre pour l’ensemble du groupe et rester humbles. Ça a été chose faite avec l’expérience du coach Bah et la mienne. »

Un match très difficile pour Saint-Priest face à un club professionnel, mais l’ASSP s’impose aux tirs aux buts après avoir fait 1-1 dans le temps réglementaire.

Un 32ede finale qui voit de nombreux clubs professionnels se faire éliminer (Paris SG, Dijon FCO, AS Monaco, …), de quoi rêver pour l’AS Saint-Priest ? « Je n’ai pas été surprit les grosses équipes qui se sont fait sortir car dans cette compétition tout est possible. Effectivement je me suis dit qu’à ce stade le groupe pouvait encore nous apporter la possibilité de poursuivre l’aventure et faire parler de l’ASSP à l’échelle nationale. Ils le méritent au vue de leur investissement. »

 

Le 1ermars, le verdict tombe : en 8ede finale, l’AS Saint-Priest affrontera l’Olympique de Marseille. « Je souhaitais jouer contre Tours (qui disputera cette saison la finale de la Coupe Gambardella face à l’ESTAC), car je connais bien le coach Ouardani affronter en U17Nat l’année d’avant avec Mérignac. Au final, j’étais très heureux du tirage face à l’OM, une entité forte dans la place du foot français. L’affiche ASSP – OM était sans doute la plus alléchante. »

La suite, tout le monde la connaît… Une première mi-temps ou Saint-Priest rivalise avec l’OM mais se fait punir sur une touche. Une deuxième mi-temps exceptionnelle qui aurait pu, qui aurait dû, voir revenir au score l’ASSP mais il n’en sera rien… Une défaite rageante sur le score de 1-0, de quoi avoir des regrets pour Michael ? Oui et non. « Le match s’est déroulé dans une super ambiance, devant 1700 personnes au Groupama Training Center, devant ma famille, mes amis, … Cela restera l’un de mes meilleurs souvenirs de coach. Les joueurs ont tout donné et réalisé un bon match mais je pense que l’inexpérience du haut-niveau aura fait défaut sur la durée de la rencontre. Beaucoup de regrets car l’on méritait de jouer les ¼ de finale avec cette équipe et ce staff. Je tiens d’ailleurs à remercier, à travers Parlons Sports, l’ensemble du bureau de l’ASSP d’avoir tout mit en œuvre pour mettre les garçons toujours dans les meilleures conditions possibles. »

Une élimination dure à encaisser pour les joueurs, les staffs, le club. Beaucoup de fatigue, de nombreux blessés après cette élimination qui voit l’ASSP enchainer les contre-performances en championnat. Actuellement les jeunes San-Priots se sont ressaisis et figure en 4eposition du championnat. « Les objectifs affichés sont clair : finir sur le podium et réaliser à chaque matchs le meilleur contenu possible en gardant des exigences élevées. »

D’un point de vue personnel, Michael aimerait « atteindre le niveau national en séniors dans les années à venir et d’apprendre régulièrement des coachs qui ont l’expérience du haut-niveau. »

 

Parlons Sports tient à remercier Michael pour sa gentillesse et lui souhaite bonne chance pour la suite !