Les Celtics ont fait le plein a domicile, les Cavaliers aussi. Nous aurons donc le droit à un match 5 palpitant ce jeudi au TD Garden. Analyse des clés du match, des hommes en forme au programme de cet article pour bien cerner les enjeux de ce “game 5” dans le Massachusetts. 


LES CLÉS DU MATCH 

Pour Boston, le collectif devra être bien huilé pour résister aux ardeurs offensives du “King James”, qui, avec des coéquipiers comme Tristan Thompson, Kévin Love ou Kyle Korver, monte dangereusement en puissance. Il faudra pouvoir compter sur des hommes forts dans la raquette comme Marcus Morris, Aaron Baynes ou encore Al Horford. L’apport des jeunes rookies (Jayson Tatum, Jaylen Brown) sera aussi un élément déterminant dans cette série. La rotation est également un choix fort du coach Brad Stevens qui réussi plutôt bien aux Celtics depuis le début de ces playoffs pourrait avoir son importance s’il on venait à faire durer le plaisir.

Du côté des Cavs, la consigne du coach Lue est clairement affichée : derrière son homme fort (Lebron James), Cleveland devra retrouver une cohésion de groupe pour ne pas exploser en plein vol et faire douter les Celtics. Ce match 5 au TD Garden s’annonce chaud bouillant mais si les Cavaliers veulent prendre une option pour la finale NBA, il faudra sortir un gros match avec un vrai collectif performant dans les secteurs clés (à la mène, dans la raquette). Pour ce qui est du reste, le schéma est simple : donner la balle à James qui s’occupera de prendre les shoots.

LE DUEL : Horford / James

Le jour et la nuit à l’affiche de ce duel mais tous les deux disposent de nombreux atouts indéniables pour faire pencher la balance du côté des Celtics ou des Cavaliers. D’un côté, nous avons Al Horford (2.08m, 31 ans), papa de l’équipe. Fort de son expérience dans la ligue, le pivot dominicain fait progresser les jeunes à une allure fulgurante. Il apporte bien évidemment dans le secteur intérieur (7.5 rebonds de moyenne) mais livre également de très belles performances en terme de scoring grâce à une adresse du poste plus que correcte (45 % de moyenne). A l’image de l’équipe, Al Horford est un joueur qui sait mettre en valeur ses partenaires mais qui peut aussi prendre feu dans un grand soir, sans pour autant arroser comme cela peut-être le cas pour notre ami Lebron James. Ultra responsabilisé par son coach, le “King” sait néanmoins être présent quand son équipe à besoin de lui. Mais jusqu’à quand ? Car certes, le garçon est doté de qualités athlétiques assez hallucinantes et d’une adresse souvent au rendez-vous mais au prix de combien de coéquipiers oubliés ? Il faudra donc que Lebron James arrive à laisser les clés du camion à d’autres joueurs pour que la confiance revienne pleinement à Cleveland et que les hommes de Tyrone Lue restent sur leur belle dynamique à domicile. L’enjeu est de taille pour les Cavs : reprendre l’ascendant psychologique sur une équipe de Boston très dure à maîtriser dans son TD Garden.