C’est le moment tant attendu du championnat de France de basket. Les choses sérieuses vont débuter avec les rencontres de playoffs opposant les équipes ayant terminé aux huit premières places du classement de saison régulière. Petit topo du parcours que l’ASVEL devra prendre pour accéder au Graal.

Crédit photo : Infinity Nine Media / Alexia Leduc et asvelbasket.com

La saison aura été tumultueuse pour l’ASVEL. Le président Tony Parker avait certainement espéré un parcours plus tranquille au regard des investissements conséquents qui ont été réalisés. La formation rhodanienne se présentait en effet avec ce qui pouvait être qualifié d’effectif le plus séduisant de France sur le papier (Roberson, Slaughter, Kahudi, Watkins, Lighty, Noua ou encore Kaba).

Le bilan de Lyon-Villeurbanne sur la scène nationale a été en dessous des prévisions de base, avec seulement 19 victoires pour 34 rencontres. La Coupe de France n’a pas été non plus un grand succès avec une élimination sans gloire en quarts de finale face à Strasbourg (79-93). Sans compter la Leaders Cup et la défaite contre cette même SIG (77-70).

Et en Eurocoupe, la Green Team s’est faite éliminer durant la phase de groupes du top 16 de la compétition, malgré un premier tour géré de main de maitre (on se souviendra notamment de la victoire d’anthologie obtenue au bout du bout du suspense contre Gran Canaria, 128-129).

Batailler contre Le Mans

Tous ces revers auront finalement provoqué la chute de J.D. Jackson. L’entraineur américain a été remplacé par T.J. Parker au poste d’entraineur. Mais depuis, la progression durable dans le niveau de jeu se fait toujours attendre. Un déclic pourrait du coup s’envisager pour les playoffs, qui peuvent offrir de sacrées surprises. On se souvient évidemment de la saison 2015-2016 qui avait vu Lyon-Villeurbanne rafler le titre après avoir terminé cinquième de la saison régulière (avec la transition effectuée par Philippe Hervé au poste d’entraineur).

Mais il faudra batailler au premier tour face à une équipe du Mans qui a terminé à la troisième place du classement (21 victoires et 13 défaites). L’ASVEL a gagné ses deux rencontres lors de la phase régulière (79-71 et 90-92). Alors jamais deux sans trois ?

Mais si l’ASVEL réussit son coup face à des Manceaux qui seront certainement enclins à prendre leur revanche lors de la phase qui compte, il faudra encore se défaire d’une autre équipe en demi-finale. Et il y a de bonnes chances que l’adversaire en question ne soit autre que le cador strasbourgeois. L’équipe de Vincent Collet partira nettement favorite de son opposition face à Nanterre. Les bilans parlent pour les Alsaciens. Avec 24 victoires et 10 défaites, la SIG est largement en avance face aux hommes de Pascal Donnadieu qui affichent les mêmes résultats que l’ASVEL (19 victoires en 34 matchs).

Un parcours semé d’embuches

Dans le cas d’une demi-finale contre Strasbourg, les chiffres sont cette fois en nette défaveur des rhodaniens. Si les bilans globaux sont largement à l’avantage de la SIG, ce sont surtout les confrontations directes qui ne laissent que peu de place à l’espoir. L’ASVEL a certes vaincu une fois Strasbourg au cours de la 28ème journée de Jeep Elite (76-73), mais les Alsaciens ont remporté leurs trois autres confrontations toutes compétitions confondues (une défaite 82-76 en 10ème journée de championnat, en plus des deux autres revers décrits précédemment).

Le parcours sera donc semé d’embuches, mais l’histoire a déjà vu surprises plus importantes. C’est donc maintenant ou jamais pour faire parler la puissance d’un effectif qui ronronne toujours autant malgré près de huit mois de compétition. Si l’ASVEL veut s’affirmer au niveau des ambitions européennes, il va falloir le prouver sur le parquet.

Confrontations des quarts de finale de playoffs :

  • Monaco / Pau-Lacq-Orthez
  • Limoges / Dijon
  • Le Mans / ASVEL
  • Le Mans Villeurbanne

Programme détaillé de la confrontation Le mans / ASVEL :

  • Match 1 : déplacement au Mans le 22 mai à 20 heures 30.
  • Match 2 : réception du Mans le 25 mai à 20 heures 30.
  • Match 3 (si besoin) : déplacement au Mans le 27 mai à 20 heures 30