Après la longue demi-finale entre Kevin Anderson et John Isner, qui s’est soldée sur une victoire 26-24 au cinquième set pour le Sud Africain, un débat a refait surface à Wimbledon : Doit-on instaurer le tie break au cinquième set? 


C’est le débat du moment sur la planète tennis, doit-on mettre un tie break au cinquième set ? Cette année à Wimbledon, plusieurs matchs ont été au delà de 6-6 au cinquième set, notamment cette demi-finale de 6h36. Déjà par le passé, ce sujet était apparu, après le long match entre John Isner et Nicolas Mahut, qui reste à ce jour la partie la plus longue de l’histoire du tennis avec un 70-68 au cinquième set. Bien que ces matchs soient désormais historiques, ceux-ci posent également quelques problèmes…

En effet, ne pas mettre de tie break au cinquième set a de nombreux avantages. Le premier est le plus simple, le match dure plus longtemps, donc il y a plus de jeu et plus de spectacle pour les spectateurs et téléspectateurs, comme lors de la gigantesque demi-finale entre Djokovic et Nadal sur ce Wimbledon (Victoire de Djokovic 10-8 au cinquième). C’est également le cas pour de nombreux autres matchs, la finale de Wimbledon en 2009 et cette victoire de Federer au cinquième 16-14 en est un très bon exemple. Refuser le tie break est un moyen de préserver le suspense et de faire durer le spectacle comme ça a été le cas sur de nombreux matchs qui restent, encore aujourd’hui, gravés dans l’histoire.

Toutefois, il y a aussi des inconvénients. L’absence de tie break provoque de l’incertitude et des matchs parfois trop longs… A Wimbledon, “à cause” de cette demi-finale, le programme a été chamboulé… Djokovic et Nadal, qui disputaient leur match après, ont été contraints de jouer sur deux jours. Autre problème également, l’absence de tie break marque les joueurs. Les matchs sont bien entendu plus long et il faut puiser au plus profond de sa condition physique pour pouvoir se battre. Cette année, à Wimbledon, Kevin Anderson a énormément donner pour vaincre Roger Federer (13-11 au cinquième) en quart de finale puis John Isner (26-24) en demi-finale. Conséquence de tout ça, malgré une volonté exemplaire, le Sud Africain n’a pas été en mesure de rivaliser avec Novak Djokovic en finale. En effet, le Serbe a réalisé un cavalier seul pour aller chercher son treizième tournoi du Grand Chelem.

Il n’y a que très peu de chances pour que Wimbledon change ses règles mais la question mérite d’être posée. A l’Us Open, il n’y a pas de tie-break au cinquième set, contrairement aux trois autres tournois du Grand Chelem. Et le fait d’effectuer un jeu décisif au cinquième set est en quelques sortes comme disputer une séance de tir au but au football, tout peut arriver et chaque erreur se paye cash. Néanmoins, ce débat reste délicat et assez fermé puisque aucune des deux solutions ne semble être sans défaut.